S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L’opposition donne signe de vie

L’opposition donne signe de vie



La mobilisation antigouvernementale connait une baisse significative de régime ces derniers jours. Entretemps, la commission de suivi continue son travail en vue de communiquer les noms des prochains président ainsi et Premier ministre. Optimistes, les acteurs annoncent la reprise de la mobilisation pour bientôt.


L’opposition n’a pas observé de trêve dans la bataille. Ce répit constaté est une étape normale dans la lutte, arguent plusieurs acteurs de l’opposition qui annoncent pour cette semaine la reprise des hostilités. Entretemps, la commission de suivi multiplie les rencontres et accuse une avancée considérable dans les discussions. Selon l’ex-sénateur Jean William Jeanty, les signataires de l’accord Marriott attendent la conclusion des commissaires avant de signifier au chef de l’État de la décision de l’opposition et de l’orientation politique de cette dernière à partir de laquelle le pays sera dirigé après son départ.

Sur le choix du Premier ministre de la transition, c’est l’Alternative consensuelle pour la refondation de l’État qui a la préséance, confirme le membre du Forum patriotique. Vu la conjoncture, la commission aurait dû déjà soumettre son rapport aux signataires, cependant, l’Alternative traine encore les pieds à informer les commissaires du nom de son candidat à la Primature. Selon l’ancien parlementaire, les rencontres pour choisir le juge devant remplacer Jovenel Moïse sont déjà entamées par la commission. Après avoir trouvé un consensus, ils le soumettront à l’assemblée qui, à son tour, approuvera les choix avant de charger la Passerelle pour signifier la position de l’opposition au locataire du Palais national. À ce stade, martèle M. Jeanty, le président aura le choix de résister ou de faire ses valises. Dans le cas où il opte pour la première option, les acteurs politiques définiront les stratégies et les actions aux fins de contraindre le garant de la bonne marche des institutions à jeter l’éponge.

Selon le responsable du Forum patriotique, le juge choisi prendra la tête de l’opposition, une fois que l’assemblée l’aura approuvé. Il représentera les signataires dans toutes les rencontres officielles. L’homme politique par ailleurs, donne gage que cette commission sera la dernière de l’histoire du pays. Elle doit permettre aux Haïtiens de faire la mise en place en vue de sortir le pays de son impasse. Mais, pour qu’il soit ainsi, il va falloir que les acteurs agissent en responsable et veuillent à ce qu’elle soit bien planifiée.

Le Forum dénonce une campagne de désinformation

Les signataires de l’accord demeurent solidaires, clame, Chavannes Jean Baptiste qui dénonce une campagne de désinformation organisée par l’équipe en place en vue de freiner la mobilisation et de porter la population. Le leader du Mouvement paysan Papaye s’inscrit en faux contre des responsables de l’opposition qui planifient en catimini avec le chef de l’État la constitution d’un éventuel gouvernement d’union nationale. Le chef de file du Forum patriotique dénonce aussi la tactique, dit-il, de répression féroce mise en branle par l’Exécutif en vue de terrifier la population dans les quartiers populeux et dans certaines villes de province. Aux dires de M. Chavannes, le pouvoir met à la disposition des délégations et vice délégations de fortes sommes aux fins de mater la lutte populaire. Déterminé, le leader de Papaye réaffirme la volonté inébranlable des signataires de l’accord de ne pas dialoguer avec le chef de l’État. « Pa gen wout pa bwa. Negosyasyon pa posib », fait-il savoir.

Les organisations de base ne bronchent pas

Une semaine de calme apparent, les organisations de base entendent rallumer la mèche de la mobilisation. Selon eux, seule la mobilisation peut renverser le système. À cet effet, elles annoncent pour le vendredi 29 novembre une journée de mobilisation à destination de l’Ambassade américaine. Ce, pour dénoncer l’ingérence de la communauté internationale dans les affaires internes de la République. La structure Vive Haïti de son côté annonce tout un ensemble d’activités aux Gonaïves à partir du 5 décembre 2019 afin de faire obstacle une fois de plus à Jovenel Moïse qui se prépare à se rendre aux Gonaïves, le premier janvier 2020.

Daniel Sévère




Articles connexes


Afficher plus [6126]