S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L’opposition nie le ralentissement de la mobilisation antigouvernementale

L’opposition nie le ralentissement de la mobilisation antigouvernementale



Depuis la semaine dernière, un répit est constaté dans la mobilisation contre le pouvoir. Les leaders de l’opposition depuis leur rencontre avec l’envoyée spéciale de Washington eux aussi, se sont murés dans le silence. Aujourd’hui, ils sont sortis de leur mutisme pour prendre le contre-pied de la baisse de régime constatée.


Alors que plus d’un parle d’un virement spectaculaire, des hommes de l’opposition après la rencontre avec la représentante permanente des USA à l’ONU, Kelly Craft, reprennent la main pour porter plus de précision sur la nature du répit constaté dans la bataille enclenchée contre le pouvoir. Si la plupart des signataires de l’accord de Marriott parlent de pépin physique, le secrétaire général de l’Émergence patriotique, Hérold Déliard, évoque un relâchement pour permettre à la population de se ravitailler. À l’entendre parler, il ne s’agit pas, comme l’a fait savoir, André Michel, d’une faiblesse des muscles, considérée comme une étape normale dans toutes batailles, mais, plutôt d’une décision de l’opposition permettant à la population de se ravitailler avant de raviver le mouvement.

L’opposition ne s’est guère prononcée sur cette accalmie venant comme de fait. Au contraire, il était visible que les responsables de ce bloc politique n’avaient pas voulu que la bataille baisse en intensité. Même au jour de la rencontre avec la représentante de la Maison-Blanche en mission, ils n’ont cessé d’appeler la population à rester mobilisée. Chemin faisant, ce calme s’impose et les explications ne sont pas claires.

L’ex-sénateur des Nippes, Jean William Jeanty et le porte-parole du secteur démocratique et populaire, André Michel, entre autres, ont évoqué un cycle normal dans toute bataille. C’est une étape normale, a martelé l’ancien candidat au Sénat ajoutant que cette accalmie n’est autre qu’un relâchement dans le mouvement. " Nous sommes tous des humains. Après avoir lutté durement durant huit semaines, il est normal que la fatigue impose sa loi", a soutenu l’avocat qui donne gage que la bataille va continuer. Selon le défenseur des plaignants du Pétrocaribe, beaucoup d’avancées sont déjà réalisées en terme de planification, annonçant tout un ensemble d’actions et de stratégies afin de, dit-il, reprendre la mobilisation.

Si pour André Michel des stratégies sont en train d’être revues pour relancer le mouvement, le secrétaire général de l’émergence patriotique, Hérold Déliard, parle plutôt de continuité. Car, selon lui, la bataille n’a pas été interrompue. Elle a été plutôt relâchée afin, précise-t-il, de permettre à la population de se ravitailler en attendant l’intensification du mouvement prévu pour le 29 novembre prochain. L’homme politique appelle tout un chacun à rester mobiliser en vue d’éjecter du pouvoir le dauphin de Michel Joseph Martelly.

« Nous ne sommes pas des insensés. Après environ trois mois, il a fallu qu’on laisse un couloir à la population malgré son faible moyen de pouvoir bien se ravitailler ", a insisté M. Déliard qui défend la solidité du bloc de l’opposition. « Le mouvement ne connait aucune baisse de régime. C’est un jugement erroné », fait-il savoir, invitant la population à venir rendre hommage à la mémoire des victimes de la Ruelle Vaillant le 29 novembre qui s’amène.

Daniel Sévère




Articles connexes


Afficher plus [6126]