S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le Parlement européen se prononce sur la crise haïtienne

Le Parlement européen se prononce sur la crise haïtienne



Dans une résolution du 28 novembre 2019 sur Haïti, le Parlement européen condamne fermement les actes de violation des droits humains dans le pays perpétrés depuis le début des mouvements de protestation contre le pouvoir en place. Le Parlement européen invite toutes les parties à s’abstenir de la violence et à engager un dialogue inter haïtien franc, ouvert et inclusif afin de mieux répondre aux besoins et aux aspirations élémentaires de la population et de trouver des solutions durables à la crise politique.


La crise haïtienne fait partie des préoccupations des pays du Continent européen. Dans une résolution adoptée le 28 novembre, le Parlement européen déplore les actes de violation des droits humains dans le pays en marge des mouvements de protestation. Tenant compte de cette situation, le Parlement invite le Service européen pour l’action extérieure et l’Ambassade de l’Union à Port-au-Prince à s’engager en faveur de la stabilisation démocratique totale du pays et à contribuer à mettre un terme à la corruption et à d’autres formes de criminalité. Pour éviter toute aggravation de l’instabilité et des souffrances de la population, l’ensemble des parties concernées doivent s’abstenir de tout acte de violence, indique le Parlement européen en invitant toutes les parties à engager un dialogue inter haïtien franc, ouvert et inclusif afin de mieux répondre aux besoins et aux aspirations élémentaires de la population et de trouver des solutions durables à la crise politique.

À travers cette résolution que l’institution en question souhaite sa transmission au Gouvernement et au Parlement d’Haïti, le Parlement européen rejette les tentatives de certaines parties visant à restaurer la dictature. En contrepartie, il souligne la nécessité urgente de réformes structurelles, économiques et de gouvernance pour rétablir la confiance dans le système politique du pays et insiste sur le besoin d’éradiquer la corruption systémique des pouvoirs publics, le clientélisme et l’érosion de l’état de droit.

D’un autre côté, la prestigieuse institution du Vieux Continent réaffirme la nécessité de continuer à considérer la réforme de la justice, la fin de la détention préventive prolongée et la lutte contre la corruption comme des priorités, conformément au dernier examen périodique universel. L’institution demande à la communauté internationale à aider le peuple haïtien à se doter d’un système judiciaire indépendant et solide, en mesure de traduire les auteurs en justice et de les punir, quel que soit leur statut social.

Le Parlement européen se félicite de la création par le Conseil de sécurité des Nations unies, le 16 octobre 2019, du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH), chargé de conseiller le gouvernement d’Haïti sur l’amélioration de la stabilité politique et de la bonne gouvernance. Toutefois, il demande aux Nations unies d’éviter la répétition des erreurs du passé en continuant à jouer un rôle actif dans un processus de maintien et de préparation de la paix.

Condamnation des actes de violation des droits humains en Haïti

Le Parlement condamne fermement la répression des manifestations pacifiques par les autorités haïtiennes, de même que le recours à la force létale, à la détention arbitraire, à l’intimidation, au harcèlement et à la violence sexuelle. Il exige que les autorités haïtiennes renoncent immédiatement à l’usage illicite de la force, en particulier des armes à feu et des munitions réelles, contre les manifestants pacifiques, et respectent le droit des peuples à manifester librement et pacifiquement. Il soutient également les revendications du peuple haïtien visant à mettre un terme à la corruption et à l’impunité.

Par ailleurs, le Parlement européen appelle de ses vœux une enquête indépendante sur le massacre de La Saline, sur les cas de harcèlement et les agressions à l’encontre de journalistes et sur les décès survenus à la mi-septembre 2019. Il exige que tous les auteurs de crimes soient traduits en justice et condamnés en rappelant l’importance de la liberté des médias de faire rapport sur cette situation. Il exhorte tous les acteurs à s’abstenir de cibler les journalistes et à leur permettre de relater la situation dans le pays en réaffirmant que le droit d’exercer pacifiquement sa liberté d’expression et d’opinion doit être garanti.

Si le Parlement européen sollicite la nécessité de lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles, il n’oublie pas non plus de condamner la loi de 2017 qualifiant d’anti LGBT. Il demande aussi au Gouvernement haïtien de se doter d’un système administratif qui garantisse que tous les nouveau-nés soient enregistrés à l’État civil dès leur naissance et de prendre des mesures pour qu’y soient aussi enregistrés ceux qui ne l’ont jamais été, et à lutter systématiquement contre la violence à l’égard des personnes âgées.

Par-dessus tout, le Parlement demande instamment au Gouvernement haïtien d’accorder aux organisations humanitaires un accès sans restriction afin qu’elles puissent mener à bien leurs opérations, venir en aide aux personnes dans le besoin et distribuer des denrées alimentaires et d’autres formes d’aide vitale.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6126]