S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L’ EDH veut rassurer ses clients

L’ EDH veut rassurer ses clients



La Direction générale de l’électricité d’Haïti (EDH) promet, malgré la situation tendue entre l’État haïtien et les producteurs d’électricité, de meilleurs services à la clientèle pour les fêtes de fin d’année. L’institution prépare, à cet effet, un plan spécial.


Conscient de la sévérité du rationnement de l’électricité dans le pays au cours de ces derniers mois, la Direction générale de l’électricité d’Haïti (EDH) annonce de meilleurs services pour les fêtes de fin d’année. « Toutes les ressources de l’EDH seront mobilisées pour fournir à sa clientèle du courant électrique d’ici le 25 décembre prochain avec l’ajout des deux centrales de Varreux », indique le directeur de l’institution, Jean Nicolas Hervé Pierre-Louis. Cette institution étatique entend prendre en charge des centrales occupées par des compagnies privées afin d’assumer la production de l’énergie, et pour alimenter la clientèle qui n’arrête pas de plaindre du service depuis des mois.

Par ailleurs, le directeur général de l’EDH précise avoir mis en cause certains clients qui font peu de cas de leurs redevances envers l’institution. Il a fait savoir que la clientèle doit à l’EDH plus de 22 milliards de gourdes. Toutefois, l’institution prévoit un plan spécial de recouvrement pour la fin de l’année afin de permettre aux redevables de s’acquitter à leurs dettes envers l’EDH plus facilement. L’institution accordera une baisse de 10 % pour les clients des zones résidentielles et commerciales, et pour ceux des zones industrielles un rabais de 7 %. Au terme de ce délai, l’EDH publiera sur son site, les noms des mauvais payeurs.

S’agissant de la rareté ou du blackout constaté à travers le pays, M. Pierre-Louis attribue cette incapacité de l’EDH à satisfaire la clientèle à la situation du pays. Selon lui, le problème est lié aux mouvements de protestation entamés dans le pays depuis plusieurs mois contre le pouvoir en place. Cependant, pour la zone métropolitaine de Port-au-Prince, cette situation serait liée au conflit existant entre l’administration de Jovenel Moise et trois compagnies privées de production d’énergie ayant des contrats avec l’État haïtien.

Compagnies privées de production d’énergie dans le collimateur de l’État

Trois compagnies privées ayant signé des contrats de production d’énergie avec l’État haïtien ont été affectées d’une mesure du gouvernement pris en Conseil des ministres du 23 octobre 2019. Le ministère des Finances a été instruit de suspendre le paiement de toutes valeurs ayant rait avec l’exécution des contrats d’énergie électrique passés entre l’État haïtien et les firmes Sogener, E-Power S.A. et Haytrac. Dès lors, ces compagnies ont été contraintes de diminuer leur production, voire d’arrêter de produire.

Parmi ces compagnies, SOGENER de la famille Vorbe a été attaquée en Justice par l’État haïtien. Après plusieurs convocations au parquet de Port-au-Prince non respectées par les représentants de la SOGENER, le commissaire du Gouvernement a pris le contrôle des centrales de Varreux occupées par la firme. Il a également lancé des mandats d’amener contre les représentants de la firme et l’ancien ministre du MTPTC, Frantz Verella.

Cette situation de conflit entre l’État et la firme SOGENER inquiète la Chambre de commerce et de l’industrie, la Chambre franco-haïtienne et l’Association des industries d’Haïti. Dans une note commune, elles appellent au respect des conventions contractuelles. Elles dénoncent l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques ou des autorités publiques utilisant des méthodes arbitraires et illégales. Pour ces organisations patronales, ces faits sont des signaux non équivoques d’une tentation autoritaire et d’une tyrannie naissante.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6126]