S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

David Hale attendu en Haïti, l’opposition pose ses conditions

David Hale attendu en Haïti, l’opposition pose ses conditions



Alors que le sous-secrétaire d’État américain aux Affaires politiques, David Hale, est attendu en Haïti le vendredi 6 décembre pour rencontrer les officiels haïtiens et d’autres membres du secteur politique, l’opposition de son côté conditionne sa rencontre. L’Alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti sollicite de l’Administration américaine le contenu de l’agenda de M. Hale avant la tenue de la rencontre officielle du 6 décembre.


Les visites des représentants des États-Unis d’Amérique se multiplient en Haïti. Après la récente venue de l’ambassadeur des États-Unis à l’ONU, Kelly Craft, un autre commissaire des USA arrive dans le pays le 6 décembre. Le sous-secrétaire américain aux affaires politiques, David Hale, sera en visite dans le cadre d’une tournée qu’il effectuera aux Bahamas le 5 décembre et en Haïti le 6 décembre. Au cours de son séjour en Haïti, David Hale rencontrera le président de la République, Jovenel Moïse, le ministre des Affaires étrangères et des Cultes, Bocchit Edmond et d’autres dirigeants politiques haïtiens.

Tout comme les autres émissaires venus avant lui, David Hale profitera de ses rencontres avec les politiques haïtiens pour évoquer des défis urgents auxquelles Haïti est confronté. Il discutera avec les protagonistes sur la nécessité d’un dialogue national inclusif et d’un gouvernement efficace, capable de rétablir l’ordre, de maintenir l’État de droit, de développer l’économie et de servir le peuple haïtien.

L’Alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti ne compte pas faire marche arrière

Environ vingt-quatre heures avant l’arrivée de David Hale dans le Pays, l’Alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti, branche institutionnelle de l’opposition, reste ferme sur leur position. Les membres de cette structure de l’opposition veulent la communication du contenu de l’agenda de l’envoyé avant la tenue de la rencontre officielle du 6 décembre. Ils ne souhaitent pas entamer cette nouvelle rencontre avec M. Hale tout comme les autres émissaires américains passés dans le pays qui n’ont manifesté aucune volonté de comprendre la crise haïtienne contemporaine et d’œuvrer à sa résolution, en prenant en compte les revendications légitimes du peuple haïtien.

Par ailleurs, l’Alternative consensuelle a souligné pour le secrétaire d’État américain, Michael R. Pompeo, que son pays ne pipe pas un mot sur l’absence de gouvernement légitime en Haïti depuis huit mois. Toutefois, l’Alternative a fait remarquer que les États-Unis continuent de coopérer avec un gouvernement illégitime, inconstitutionnel et démissionnaire. Elle s’interroge également sur les nombreux cas de violation des droits humains perpétrés dans le pays dans des quartiers populeux. Les signataires de cette correspondance pour l’Alternative ont également informé que le pays est en train de faire face au banditisme d’État, l’insécurité et la corruption généralisée.

Face à cette situation, les membres de l’Alternative réitèrent leurs revendications. Ils réclament le départ immédiat et ordonné de Jovenel Moïse et la tenue du procès des dilapidateurs du fond Petro caribe et d’autres cas de corruption. Ils sollicitent aussi la poursuite judiciaire des auteurs et complices des différents massacres perpétrés dans le pays et les violations systématiques des droits humains. Ils disent opter pour la tenue d’une conférence nationale souveraine et inclusive.

Outre des mesures urgentes pour soulager la population haïtienne, l’Alternative s’inscrit à la tenue des élections générales crédibles dans le pays et l’adoption d’une nouvelle Constitution.

Par-dessus tout, l’Alternative tient à rappeler au Secrétaire d’État américain que l’opposition politique, la société civile et le secteur privé se sont mis d’accord sur la formule pour remplacer le chef de l’État Jovenel Moïse, à son départ. Il sera remplacé par un juge de la Cour de cassation et le gouvernement sera conduit par un Premier ministre issu de l’Alternative consensuelle.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6962]