S'identifier Contact Avis
 
25.64° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Gonaïves : importante manifestation de l’opposition

Gonaïves : importante manifestation de l’opposition



L’opposition radicale et la Table de concertation, soutenues par l’Alternative consensuelle, ont organisé une importante manifestation dans la cité de l’Indépendance ce jeudi 5 décembre 2019. Plusieurs grandes figures de l’opposition, des sénateurs et autres responsables d’organisations politiques et ceux de la société civile provenant un peu partout à travers le pays, principalement à Port-au-Prince, ont accompagné les manifestants dans leurs parcours pour continuer d’exiger la démission du président de la République.


Nouvelle tournure dans la lutte anti gouvernementale dans la ville des Gonaïves. Une délégation, composée d’anciens sénateurs et de sénateurs en fonction tels que l’ancien président de l’Assemblée nationale et ancien ministre Dieuseul Simon Desras, John Joël Joseph, Ricard Pierre, Nenel Cassy et Youri Lartotue, le député Reynald Exantus, Louis Gérald Gilles et Shiller Louidor, a été reçue par les représentants de l’opposition dans la ville qui voulait à tout prix sceller leur désaccord à l’équipe au pouvoir. Un pari tenu par les organisateurs qui annonçaient depuis la semaine dernière une manifestation monstrueuse dans la cité.

La plupart des responsables politiques, qui participaient à la manifestation ont pris la parole à l’occasion, à commencer par le Dr Shiller Louidor. « C’est aujourd’hui je constate que Jovenel Moïse est en chute libre. Je suis convaincu, car je l’ai toujours dit, quand Gonaïves se dépite de vous, vous devez chercher un endroit où se cacher. Jovenel Moïse et sa femme volent tout l’argent du pays. Jovenel Moïse est derrière toute une série de massacres à travers le pays et de plus, son gouvernement émet des mandats contre des militants conséquents, qui ont des colonnes vertébrales contrairement à Jovenel Moïse qui est un esclave mental », a clamé M Louidor.

De son côté, l’ancien sénateur Louis Gérald Gilles a affirmé : « La raison pour laquelle nous sommes aux Gonaïves c’est pour, premièrement, exprimer notre colère à ce qui s’est passé à Mariani qui nous laisse voir l’instauration d’une dictature sanglante dans le pays. Où nous avons vu l’assassinat des jeunes de moins de dix-huit ans. Voir des jeunes ainsi criblés de balles, cela a révolté ma conscience. J’ai déjà passé plus de trente ans dans la politique, c’est pour la première fois que je vois cela. Après 1991, il y a eu des crimes ponctuels, mais maintenant cela se fait de façon systématique. Il y a une machine de répression et un terroriste d’État qui envahissent la population. Je demande au président Donald Trump et au gouvernement américain d’entendre le cri du peuple haïtien. Il doit comprendre que cette manifestation est un signal pour montrer que ce peuple veut vivre au-delà des répressions qu’il subit. Ces massacres perpétrés à La Saline, à Tokyo et au Bel-Air, sont des choses révoltant quand on considère qu’on est en 2019 ».

« Nous sommes aux Gonaïves, Gonaïves ville historique, Gonaïves ville rebelle, ville qui est toujours à l’avant-garde dans les mouvements de libération du pays. C’est aux Gonaïves que la lutte avait commencé pour faire tomber Jean-Claude Duvalier. C’est cette ville qui vient à nouveau se faire entendre pour demander au président de partir. Ce que je vois dans la rue suffit pour chasser le président, mais d’autres villes vont prendre la relève et l’Alternative consensuelle va accompagner le reste du pays à se mobiliser. Ils parlent de trêve. Mais la population ne peut pas observer de trêve. Car Jovenel Moïse ne prend aucune trêve dans le vol de l’argent du peuple. Nous ne pouvons pas prendre de trêve pour permettre la réalisation du procès Petrocaribe, la conférence nationale et remettre le pays sur ses rails. C’est cette bataille que la population gonaïvienne réalise aujourd’hui. Nous serons encore dans la rue demain, nous irons parler à nos amis américains, nous leur rappellerons qu’il est un peuple qui croit en des valeurs, pourquoi il continue de soutenir Jovenel Moïse», a affirmé le sénateur Ricard Pierre

L’un des porte-paroles de la Table de concertation, Kesnel Ledix, a pris la parole : « aujourd’hui, nous envoyons un message clair à l’endroit de Jovenel Moïse pour lui annoncer que la population des Gonaïves dit non à la corruption, non au voleur et qu’elle ne va pas cohabiter avec lui. Parce qu’il leur a fait un tas de promesses par exemple leur donner d’avoir de quoi manger, d’avoir de l’argent dans leurs poches, cependant aujourd’hui l’inflation et la vie chère nous attrapent. Jovenel Moïse n’a plus d’autorité pour diriger le pays, c’est pourquoi nous décrétons la permanence jusqu’à sa démission. Et nous n’allons pas le recevoir pour la fête de l’Indépendance. Nous demandons aussi au peuple américain de lâcher Jovenel Moïse pour le bonheur du peuple haïtien ».

Le sénateur Latortue, qui participait à la manifestation, a aussi déclaré ceci : « Aujourd’hui, il n’y a pas eu ni cinquante gourdes ni mille gourdes qui ont été données. Aujourd’hui ce n’est pas l’argent, c’est la volonté. Et c’est pourquoi nous disons que notre bataille pour le changement du système est une bataille totale. Parce qu’aujourd’hui, ils peuvent vous donner mille gourdes, mais demain vous aurez encore faim. Le système que nous voulons doit avoir le crédit pour permettre à tout le monde de faire des business afin d’avoir les moyens pour envoyer les enfants à l’école. C’est la raison pour laquelle nous luttons et c’est ce que nous voulons faire. De nouveaux mots d’ordre vont être donnés par la Table de concertation. Je le redis, ce que nous avons fait en 2004, nous pouvons le refaire. Nous avons combattu en 86 et en 2004. Nous allons continuer à lutter en 2019 et en 2020 ».

Notons que la Table de concertation a paraphé la résolution de sortie de crise de l’Alternative consensuelle. Mais, il faut également voir le bon travail effectué par des agents de la PNH tout au long de la manifestation.

Lesly Succès




Articles connexes


Afficher plus [6962]