S'identifier Contact Avis
 
35° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le MAE sermonne les chefs de mission à l’étranger

Le MAE sermonne les chefs de mission à l’étranger



Environ un mois après la saisie d’un véhicule de la consule générale d’Haïti à Santiago à la frontière Malpasse/Jimani, les autorités dominicaines ont à nouveau arrêté à Dajabón un véhicule immatriculé corps diplomatique au service d’une mission haïtienne en République dominicaine qui transportait quatre migrants haïtiens illégaux. Réagissant immédiatement à ce scandale de plus, le ministère des Affaires étrangères et des Cultes demande aux chefs de mission de prendre les dispositions appropriées afin de prévenir tout usage abusif ou illicite du matériel roulant.


Ce nouveau scandale est survenu le 16 janvier dernier quand les militaires dominicains ont intercepté un véhicule diplomatique haïtien qui transportait quatre migrants haïtiens illégaux. Selon le rapport dressé par le dixième bataillon de l'armée dominicaine, Yony Castillo, officier consulaire à Dajabón, identifié au numéro 001-180 1546-0, est cet officier consulaire à bord d’un véhicule Land Cruser Prado blanche avec plaque diplomatique, D00922 qui essayait de traverser la frontière avec des migrants illégaux. Après inspection, l’officier consulaire ainsi que les migrants illégaux ont été arrêtés, rapporte le journal Listen Diairio.

Selon les informations disponibles, les militaires qui ont appréhendé le véhicule étaient en train de surveiller de près des marchands, des transporteurs, des professionnels et d'autres activistes haïtiens qui se consacrent au transport illégal de leurs compatriotes vers le territoire dominicain. En effet, cette pratique est, en fait, un commerce juteux que les autorités dominicaines veulent combattre en mettant un contrôle rigide même sur les membres du corps diplomatique haïtien en poste chez eux.

Le ministère des Affaires étrangères veut punir les coupables de tels actes et remettre de l’ordre dans la représentation d’Haïti en République dominicaine

Ce scandale de plus ternit du pays en terre voisine. La Chancellerie haïtienne menace de passer à l’action. Dans une correspondance adressée à l’Ambassade et aux quatre missions diplomatiques d’Haïti en République dominicaine, le ministère des Affaires étrangères demande au personnel diplomatique et consulaire de prêter attention à l’usage fait par les chauffeurs des véhicules mis à leur disposition. « La Chancellerie demande aux chefs de mission de prendre les dispositions appropriées afin de prévenir tout usage abusif ou illicite du matériel roulant. Elle rappelle aussi à ces missions l’obligation faite aux personnels de toute catégorie par les conventions internationales en la matière de respecter scrupuleusement les lois de l’État accréditaire », indique cette correspondance de la Chancellerie haïtienne.

Pour éviter la répétition de tels actes, le ministère souhaite que les fautifs soient punis et démis de leur fonction.

Faut-il rappeler qu’au mois de décembre 2019, le véhicule de la consule générale d’Haïti à Santiago a été arrêté et fait l’objet d’une enquête policière. L’ULCC s’est également saisie de ce dossier. Ce qui a créé une vive polémique entre plusieurs agences d’État. Un agent consulaire qui fonctionne sous plusieurs identités, selon le directeur de l’ULCC, a été arrêté à deux reprises par l’ULCC, mais libéré à chaque fois par le commissaire du Gouvernement.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6327]