S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Incendie au Champ-de-Mars : 4 policiers révoqués de la PNH

Incendie au Champ-de-Mars : 4 policiers révoqués de la PNH



Des stands en construction au Champ-de-Mars, dans le cadre des préparatifs pour le Carnaval de Port-au-Prince, ont été incendiés en marge de la marche des policiers du 17 mars 2020. Ainsi, l’institution policière a pris des sanctions à l’encontre de certains policiers qui revendiquent le droit à la liberté de se regrouper en syndicat. Quatre policiers sont démis de leur fonction pour cause de sédition et atteinte à l’honneur de la PNH.


La PNH est en train de faire face à une situation difficile qui risque de fragiliser l’institution beaucoup plus. La troisième marche des policiers, organisée le 17 février, a pris fin après que les policiers ont exprimé leur colère en mettant le feu au Champ-de-Mars. De nombreux stands en construction pour les festivités carnavalesques ont été incendiés. Moins de 24 heures après ces incidents, sous recommandation de l’Inspection générale de la PNH, quatre policiers faisant partie du SPNH ont trouvé leur révocation pour cause de sédition et atteinte à l’honneur de l’institution. Cette sanction fait suite également aux actes de vandalisme perpétrés par les policiers dans les locaux de l’IGPNH lors de la convocation de la policière Yanick Joseph.

Yanick Joseph, le leader du premier Syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPNH), Abelson Gros Nègre, Gédéon Monbrun, tous les trois de grade agent 2 et l’inspecteur Jean Elder Lundi sont expulsés de la PNH. Outre les accusations de sédition et d’atteinte à l’honneur de l’institution qui pèsent contre ces quatre policiers, ils sont également punis pour avoir incité d’autres policiers à la révolte. Les autorités policières et le ministre de la Justice affirment que des poursuites pénales seront aussi enclenchées contre ces anciens policiers.

Le CSPN condamne les actes des policiers

Après une réunion d’urgence du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN), le Premier ministre Jean Michel Lapin déplore les agissements des policiers. Même s’il estime que certaines revendications des policiers sont dans l’agenda du président Jovenel Moise, il ne veut pas cependant excuser leurs comportements. Pour lui, ces actes barbares, illégaux, inadmissibles et indignes du policier, viennent rappeler la violence aveugle des extrémistes et des terroristes qui se cachent derrière des revendications, pour semer le trouble et le chaos. « Le gouvernement condamne énergiquement de tels actes et souligne que les auteurs et complices doivent s’assumer pour y répondre tant administrativement que judiciairement », indique le Premier ministre dans un communiqué.

Par ailleurs, le Gouvernement informe avoir pris acte des revendications des policiers qui réclament un meilleur traitement en rapport avec leur statut et leur service. Le Gouvernement réitère sa volonté d’apporter des réponses aux problèmes auxquels font face les policiers. Toutefois, le Premier ministre appelle les policiers à garder leur calme et leur sérénité en faisant passer leurs revendications dans un comportement digne et respectueux des dispositions légales et règlementaires de la République.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6481]