S'identifier Contact Avis
 
32° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Kidnapping : l’opposition annonce une nouvelle marche

Kidnapping : l’opposition annonce une nouvelle marche



En vue de contraindre les autorités à assumer leur responsabilité face à la montée vertigineuse de l’insécurité notamment le kidnapping dans la zone métropolitaine, l’ensemble des organisations politiques de l’opposition annonce une marche pacifique pour le vendredi 21 février 2020. Selon son porte-parole, Abel Loreston, qui invite la population à y participer massivement, ce fléau aura de grandes conséquences sur, entre autres, l’apprentissage des écoliers.


L’opposition veut rattraper le coup ce vendredi 21 février 2020. Après l’échec de la mobilisation prévue le 7 février dernier, l’ensemble des organisations politiques de l’opposition invite à nouveau la population à investir le macadam. Cette fois, pour dénoncer la résurgence du phénomène du kidnapping qui ne cesse de gagner du terrain dans le pays. Selon le porte-parole de ces organisations, Abel Loreston, la situation est intolérable.

Le responsable du Mouvement visionnaire dessalinien (MOVID) se dit préoccupé par cette situation dont les retombées seront catastrophiques pour le pays. Aux dires du militant, en dépit des mesures cosmétiques annoncées par le chef du CSPN, Jean Michel Lapin, le phénomène n’a pas cessé de progresser dans la capitale. D’après Abel Loreston, cette situation aura de graves incidences sur l’apprentissage des écoliers traumatisés.

M. Loreston rappelle à la population qu’elle n’a pas intérêt à rester les bras croisés et se laisser faire. En foi de quoi, il invite la communauté à investir les rues en masse le vendredi 21 février, ce, pour dénoncer cette situation, contraindre l’État à s’assumer, dénoncer la corruption entre autres.

Essayant de faire une connexion entre la dilapidation du fonds Petrocaribe et ce phénomène grandissant, Abel Loreston, croit que la corruption généralisée et le laxisme des autorités établies, bien que décriées, sont les causes fondamentales de cette situation. Il rappelle, en outre, les mauvais traitements infligés aux femmes kidnappées. Soulignant que personne n’est à l’abri, il dénonce le fait que l’Exécutif au lieu de planifier l’extirpation du fléau est en train de foncer la tête baissée vers l’exécution du carnaval pour lequel il a décaissé de sommes importantes.

Soulignons par ailleurs que cette marche sera la deuxième tentative de mobilisation lancée par l’opposition depuis le début de l’année. Ce sera aussi la deuxième tentative enclenchée pour dénoncer le kidnapping. Elle fera suite à celle lancée par la société civile le 14 février dernier. Une marche qui n’a pas obtenu le bilan escompté. L’opposition, qui avait piteusement échoué le 7 février 2020, va à nouveau tenter de corriger le tir.

Daniel Sévère




Articles connexes


Afficher plus [6481]