S'identifier Contact Avis
 
32° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Peu de chance pour la reprise des négociations et la formation d’un gouvernement de consensus

Peu de chance pour la reprise des négociations et la formation d’un gouvernement de consensus



La dernière rencontre tenue dans le cadre du processus de négociation s’est terminée en queue de poisson. Des acteurs ont laissé la table avant d’avoir trouvé le consensus espéré. C’est une rencontre qui, en quelque sorte, confirme la diminution des chances pour la reprise des négociations.


acteurs politiques pour la tenue des trois premiers jours de rencontre, avait refusé d’héberger une nouvelle série de discussions, promettant toutefois ses locaux pour uniquement la signature d’un accord. Mais on est encore loin d’arriver à cette phase, compte tenu de la tournure actuelle du processus de négociation. La représentante de l’ONU, Helen M. La Lime, était venue en aide aux acteurs pour la poursuite des discussions. Et au cours de la rencontre tenue, ce vendredi, à la résidence de la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU, Helen Meagher La Lime, le groupe « Mache kontre », représenté par Alix Richard, avait quitté la table.

L’ensemble des représentants de partis et structures politiques, dont Palmis, PHTK, Mache kontre et Bloc démocratique, représentés respectivement par Dieuseul Simon Desras, Liné Balthazar, Alix Richard et Emmanuel Ménard, n’ont pas pu s’entendre sur une proposition de sortie de crise. Cette nouvelle ronde de discussions devait faire suite aux trois jours de négociations qui ont eu lieu à la Nonciature apostolique, durant lesquels aucun accord n’a été conclu entre les protagonistes. Les trois premiers jours se sont terminés sans un accord, et la énième rencontre du week-end dernier s’est encore terminée sans un accord. Le retrait du pouvoir du chef de l’État, Jovenel Moise, le 7 février 2021 est la pomme de discorde.

Mache kontre et d’autres structures proches de l’opposition continuent d’exiger la démission du Chef de l’État le 7 février 2021. La proposition est rejetée d’un revers de main par les représentants du pouvoir. Et le président lui-même, dans ses déclarations, prouve qu’il n’a pas l’intention de faire ce dépassement. D’ailleurs, durant son passage à Jacmel, ce week-end, il avait exprimé son ras-le-bol vis-à-vis des négociations interminables en affirmant que les négociations ne peuvent pas durer une éternité. Une manière d’affirmer son envie de passer à autre chose. Éventuellement, la formation de son gouvernement, sans le consensus recherché depuis pratiquement le début de son mandat.

Pour l’instant, on peut conclure que les négociations ont pris fin, et les lignes n’ont pas bougé. Le pouvoir a essuyé un cuisant échec, et ce n‘est pas le premier. Les structures invitées, à savoir OPL, Fusion, Unir-Haïti, etc., estiment que le Palais national est trop intransigeant. « Jovenel Moise veut tout gagner », estiment certains responsables politiques. Au final, les concernés ont eux-mêmes constaté leur incapacité à trouver une entente et ont décidé de mettre fin à ce processus de négociations initié par le Comité haïtien d’initiative patriotique (CHIP). À présent, il est plus que probable que la proposition de l’équipe au pouvoir soit retenue. Elle prévoit la mise place d’un gouvernement et le lancement de réformes, au détriment de celle de la partie opposée qui vise, aussi, une réduction de la durée du mandat du chef de l’État.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [6481]