S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

PNH, un service bien-être pour les policiers

PNH, un service bien-être pour les policiers



Dans le but de répondre aux revendications des policiers, le porte-parole de la Police nationale d’Haïti (PNH), Michel-Ange Louis-Jeune, a annoncé la création d’un nouveau service au sein de l’Institution. Dénommé « service bien-être (SBE) », cette nouvelle structure se chargera de promouvoir le bien-être socioéconomique des policiers et de recevoir leurs doléances afin de les transmettre au haut commandement de l’Institution.


Cette nouvelle entité créée dans l’institution, le service bien-être (SBE), sera placée sous la direction d’un commissaire divisionnaire et sera rattachée directement à la direction centrale de l’administration et des services généraux. La nouvelle structure aura la responsabilité de promouvoir le bien-être socioéconomique du personnel de la PNH et de recevoir leurs revendications afin de les transmettre à la direction générale de l’institution qui se chargera d’assurer les suites nécessaires. Entre autres, cette nouvelle disposition de la Police nationale pour entendre formellement les revendications des policiers fait suite aux mouvements de protestation des agents de l’institution qui ont fait des démonstrations de force dans les rues pour contraindre les autorités gouvernementales et policières à entendre leurs cris.

Même avant la mise en œuvre du SBE, le haut commandement prend déjà des mesures pour satisfaire les policiers. Le porte-parole de la PNH, Michel-Ange Louis jeune, a fait savoir que l’institution a décidé d’élever en grade toute la vingt-quatrième promotion de la PNH. Les policiers concernés par cette décision sont passés d’agent I à agent II. Michel-Ange Louis jeune a indiqué qu’une avance de deux mois de salaire sera effectuée sur la carte de débit des policiers et trois mois de prime de risque leur seront versés dans les jours à venir.

L’Institution se protège contre la propagation du Covid-19

Devant sa mission de protéger et servir la population haïtienne, la Police nationale d’Haïti doit aussi faire face à cette menace sanitaire qui plane sur la tête chaque individu vivant dans le pays. En effet, le Covid-19 n’épargne personne. Face au risque de contamination qu’encourent les policiers dans l’accomplissement de leur tâche quotidienne, le haut commandement de la PNH a décidé de mettre sur place un atelier de couture à l’Académie nationale de police afin de confectionner des masques pour les agents de l’institution.

Constitué par des policiers de l’institution même, cet atelier de couture peut fabriquer 500 masques par jour. Les masques seront acheminés aux policiers pour qu’ils se protègent dans l’exercice de leurs fonctions contre le nouveau coronavirus en propagation sur le territoire national. Le porte-parole de la PNH, Michel-Ange Louis-Jeune, a fait savoir également que d’autres matériels de prévention appropriés comme des gants de protection ont été distribués dans les directions centrales, les directions départementales, les commissariats, les sous-commissariats et d’autres bâtiments de la PNH pour faciliter le personnel de l’institution dans la lutte contre le Covid-19.

Par ailleurs, l’institution a décidé de stopper toutes les séances de formation qui ont été prévues à l’École nationale de police et à l’Académie nationale de police.

Les 5 policiers révoqués officiellement réintégrés au sein de l’institution

Demis de leurs fonctions parce qu’ils réclamaient la reconnaissance du Syndicat de la Police nationale, les cinq policiers concernés ont été réintégrés dans leur poste. Yanick Joseph et les quatre autres policiers ont été révoqués pour indiscipline, atteinte à l’honneur de l’institution et acte de vandalisme alors qu’ils réclamaient le droit de syndiquer des policiers au sein de l’institution. Après leurs révocations en février dernier, les policiers ont gagné les rues à plusieurs reprises pour solliciter leur réintégration sans condition.
Ainsi, suite à des actes de violence perpétrés par des agents policiers encagoulés dans les rues, le Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN) a accepté la réintégration de ces policiers et la reconnaissance du SPNH.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6480]