S'identifier Contact Avis
 
34° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Pour la relocalisation du Palais de justice de Port-au-Prince!

Pour la relocalisation du Palais de justice de Port-au-Prince!



Pendant que la pandémie de la Covid-19 est en train de gagner du terrain, les voix de plus en plus fortes et nombreuses s’élèvent pour demander à reloger le Palais de justice de Port-au-Prince en raison de l’insécurité qui sévit au Bicentenaire. Le Réseau national des magistrats haïtiens (RENAMAH) ainsi que le Collectif des avocats pour la défense des droits de l’homme (CADDHO) sont favorables à cette relocalisation.


Comme dans plusieurs pays au monde, la crise liée à la Covid-19 a de nombreuses répercussions sur différents secteurs. Bien avant même la pandémie, le pays et particulièrement la capitale haïtienne, Port-au-Prince, faisait face à un défi de taille en matière de sécurité en raison des gangs armés qui rendent la vie dure aux citoyens. Se trouvant au Bicentenaire, le Palais de justice de Port-au-Prince éprouve du mal à fonctionner à cause de l’insécurité.

Avant même le dépistage des deux premiers cas de Covid-19 dans le pays, certains hommes de loi ont élevé la voix pour demander à reloger le Palais de justice de Port-au-Prince afin qu’il puisse fonctionner normalement. Ce qui n’a pas a été fait. Au moment où les cas confirmés au virus ne font qu’augmenter et la situation en matière de sécurité reste très tendue de temps à autre au bicentenaire, le Réseau national des magistrats haïtiens (RENAMAH) ainsi que le Collectif des avocats pour la défense des droits de l’homme (CADDHO) ont exigé la relocalisation du Palais de justice de Port-au-Prince.

À en croire le président de la RENAMAH, Ikenson Edumé, les magistrats ne peuvent travailler dans ces conditions d’insécurité. Pas seulement les magistrats, a-t-il fait savoir, les avocats et les justiciables également. Pour lui, il ne peut y avoir de fonctionnement du Palais dans de telles conditions. D’un autre cote il a fait savoir qu’il a parlé au bâtonnier de l’Ordre et des avocats de Port-au-Prince, Monferrier Dorval, qui la semaine dernière avait fait cette même demande, en vue de trouver un moyen de forcer les autorités à prendre la décision.

Pour sa part, le CADDHO dit qu’il « constate avec la plus grande sidération le laxisme des autorités sur la question de la délocalisation du Palais de justice ». Selon le Collectif, le refus par les autorités de délocaliser le Palais de justice a de sérieux impacts sur le fonctionnement de l'appareil judiciaire. « Les assises criminelles ne peuvent pas avoir lieu, les audiences correctionnelles, idem. Les chambres d'Instructions sont fermées à double tour. Ce qui engendre une surpopulation carcérale au niveau du Pénitencier national », indique le Collectif tout en affirmant que « la Covid-19 bat son plein au sein de la prison civile de Port-au-Prince ».

Tout en faisant savoir aux autorités judiciaires et exécutives que le droit à la vie, le droit à la santé, le droit d'accès à la justice sont garantis et protégés, entre autres, par la Constitution haïtienne, le CADDHO les exhorte « à agir vite aux fins d'éviter une catastrophe humanitaire dans l’enceinte du Pénitencier national ».

Par ailleurs, faut-il signaler, le dépôt de la plainte de l’Organisation des citoyens pour une nouvelle Haïti (OCNH), dans le cadre de l’Affaire DERMALOG, n’a pas eu lieu. « Suite à l’annonce faite par le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince, le Palais de justice est dysfonctionnel durant cette semaine. En conséquence, l’OCNH se trouve dans l’obligation de reporter son dépôt de plainte prévu ce mardi 2 juin 2020 à une date ultérieure », a tweeté l’OCNH ce mardi.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [6851]