S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Coronavirus : la commission de gestion assure et tente de rassurer

Coronavirus : la commission de gestion assure et tente de rassurer



Mardi, les membres de la Commission multisectorielle de gestion de la pandémie de la Covid-19 en Haïti se sont entretenus avec la population, dans un point de presse diffusé en direct sur Facebook, autour d’éléments essentiels relatifs à l’évolution de la pandémie du coronavirus en Haïti. Selon Dr Lauré Adrien, DG du MSPP et co-président de la Commission, la situation que connait Haïti actuellement est la conséquence directe du non respect du confinement par une large partie de la population.


La pandémie du coronavirus continue de se propager dans le pays à une vitesse inquiétante. La réponse des autorités du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) est loin d’être proportionnelle à la vitesse de cette pandémie qui a déjà fait prés d’une cinquantaine de victimes pour plus de 2200 cas officiellement recensés. La maladie a déjà atteint les dix départements du pays. Toutes les grandes villes sont déjà touchées. Et d’après les responsables, c’est le non-respect du confinement imposé par l’État qui a généré cette situation.

En effet, Dr Lauré Adrien invite la population à adopter sans réserve toutes les mesures barrières, à savoir, le port du masque, la distanciation physique et le lavage régulier des mains. D’après le titulaire du MSPP, ces mesures sont, en effet, essentielles dans la lutte contre le coronavirus. En cas de non-respect de ces mesures, dit-il, le coup serait fatal pour la prise en charge institutionnelle. Le DG, qui croit que le travail de l’information et de sensibilisation est très difficile, mise malgré tout sur un comportement responsable de la population afin d’éviter le pire.

Le système de soin est très critique en Haïti. Dr Adrien l’accepte. Mais avec ses très faibles moyens, dit-il, le gouvernement entend faire le maximum d’efforts possibles pour affronter la maladie. Sur ce, Dr Adrien parle du projet d’installation des centres essentiellement dédiés au coronavirus. Deux sont déjà prêts. Le parc sportif de l’Espoir avec une capacité de 200 lits et le centre de Delmas 2 avec une capacité de 40 lits, et qui a déjà reçu une cinquantaine de patients malade de la Covid-19.

Par ailleurs, Dr Jean William Pape sensibilise la population sur la nécessité de se présenter à l’hôpital sans perdre du temps, dès l’apparition des premiers symptômes. Plusieurs décès, informe-t-il, ont pu survenir parce que les malades n’ont pas été conduits d’urgence à l’hôpital. En ce sens, la valeur de l’information au temps de la Covid-19 est essentielle, selon les responsables. Dr Adrien est plutôt conscient que le langage scientifique doit être accommodé au niveau de la population qui le reçoit.

Les informations circulant autour de la maladie et les interprétations de la population posent pas mal de problèmes. Ainsi, Dr Adrien demande à la presse de continuer à garder le devoir d’éthique et la ligne professionnelle afin d’aider le gouvernement à faire le travail. Mais par contre, il critique certains détenteurs de micro qui parlent de tout et de rien, comme des experts, sans même avoir pris le temps de vérifier les informations qu’ils véhiculent concernant la gestion de cette maladie.

En ce sens, les efforts de la Commission pour combattre la Covid-19 commencent à être visibles. Toutefois, la population croit ces efforts sont très concentrés sur la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Les centres destinés à traiter ou à garder en isolement les personnes dont leur cas le nécessite, dans plusieurs communes de province, manquent cruellement de personnels soignants qualifiés.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [6851]