S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Fin du mandat présidentiel : les jeunes juristes Taly Guirand et Willins Florestal s’invitent au débat

Fin du mandat présidentiel : les jeunes juristes Taly Guirand et Willins Florestal s’invitent au débat



Les avis se succèdent dans les médias en particulier et dans l’opinion publique en général autour de la fin du mandat présidentiel. Des arguments soutiennent soit la date du 7 février 2021 soit le 7 février 2022 comme date devant marquer la fin du mandat du président de la République, Jovenel Moïse du pouvoir. De jeunes juristes peu médiatisés et autonomes prennent également position à ce débat houleux qui tient en haleine la population depuis quelque temps. C’est dans cette optique que Taly Guirand et Willins Florestal ont été les invités de l’émission radiophonique hebdomadaire Top Haïti le samedi 20 juin dernier.


La Constitution comme la Bible est un ensemble formant un tout cohérent affirme d’emblée Taly Guirand, juriste de formation, assistant clerc dans une étude notariale et citoyen engagé dans une structure de Petrochallenge. Selon son avis, étant d’ordre public la Constitution ne devait faire l’objet de multiples interprétations. Donc, la Constitution est d'application stricte et aucun débat possible ne s'avèrerait trop d’importance selon ce qu’il soutient.

Tout l’argumentaire de Taly Guirand développé se base sur des considérations à partir des articles 18, 48, 49, 90-1,92-2,92-3,95, 134-2, 136 et 284-2 de la Constitution. Ces dispositions constitutionnelles citées ont rapport aux procédures, en vue de la tenue élections pour tous les élus de la République, tracées par la loi-mère. Si l’on en croit le juriste, il suffit de lire avec assez de précisions ces dispositifs constitutionnels et l’on verra l’harmonie entre le temps constitutionnel et la durée des mandats soit en conformité.

Quelle est l’année de la tenue des élections qui ont conduit Jovenel Moise au pouvoir ? Telle est la question fondamentale posée par Willins Florestal, juriste, socio-économiste et membre de l’association baptisée Eco-Haïti comme pré requis dans le débat. Il tentait, par cette question, de répondre de manière précise et sans ambiguïté à ceux qui font croire que le mandat du locataire du Palais national arriverait à sa fin le 7 février 2022. L’article 134-2, à partir de ces éclaircissements juridiques, impliquerait que Jovenel Moïse a eu son mandat en cours depuis le 7 février 2016 date à laquelle son prédécesseur constitutionnel, Michel Joseph Martelly a remis l’écharpe à l’Assemblée nationale.

L’année d’entrée en fonction du président élu, selon les analyses de Willins Florestal, est bel et bien l'année 2016 indépendamment de la tenue des élections. Ainsi, le mandat du président Jovenel Moïse sera bouclé le 7 février 2021.

Interrogés sur ce qui adviendrait à la date du 7 février 2021 au cas où le premier mandataire de la nation ne jetterait pas l’éponge, Taly Guirand et Willins Florestal restent perplexes. Les intervenants pensent que le rapport des forces politiques en décidera.

Godson Lubrun




Articles connexes


Afficher plus [6835]