S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Réouverture graduelle du pays: la population est préoccupée

Réouverture graduelle du pays: la population est préoccupée



L'Exécutif annonce une réouverture graduelle des activités du pays. Ce, pour limiter les possibilités d’effondrement total de l’économie. Malgré les efforts de l'administration Moise/Jouthe pour rassurer la population, beaucoup de citoyens demeurent sceptiques.


Les écoles, les églises et plusieurs autres activités seront progressivement rouvertes, annonce le chef de l'État, Jovenel Moise. Les aéroports, ports et les points frontaliers terrestres, au contraire, sont opérationnels depuis le 30 juin dernier. Les voyageurs n’auront qu’à présenter les résultats d’un test récent de dépistage de la Covid-19, insiste le Premier ministre, Joseph Jouthe.

Le chef du Gouvernement dit prendre les mesures qui s'imposent pour renvoyer par le même vol tous les contrevenants à cette règle, car, soutient le locataire de la Primature, le Gouvernement prend très au sérieux la sécurité sanitaire de la population. « Nous resterons vigilants en même temps que nous allons rectifier à chaque fois que la conjoncture le requiert », s'engage l'ancien ministre de l'Environnement qui invite la population à s'adapter à la maladie.

Ce raisonnement n’est pas partagé par toute la population. Pour plus d'un, contrairement à ce qu'a souligné, Jovenel Moise, la voie est dorénavant libre à une propagation massive de la pandémie qui progresse, jusqu'ici, à pas de tortue.

Joseph Jouthe reconnait que l’État haïtien, à l'instar des autres pays, tâtonnait dans la gestion de la pandémie. Les riverains de la capitale et certains acteurs politiques pensent la même chose. À la différence du PM, ils sont convaincus que la stratégie de tâtonnement de l'exécutif risque de faire plus de mal que de bien à la nation. « Ils auront à tâtonner longtemps encore pendant qu'ils livrent la population à la merci de cette maladie ravageuse. Je suis très inquiet quant à une flambée irréparable de la maladie », confie un membre des organisations politiques de l'opposition qui envisage de porter plainte contre l'équipe au pouvoir pour sa gestion de la crise.

Ce militant politique, acerbe contre le pouvoir, s'en prend au Premier ministre soutenant qu'il suit l'exemple des autres pays frappés de plein fouet par la pandémie. Selon lui, ces pays ont eu à affronter le nouveau coronavirus et ne sont pas en proie à d'autres crises sociopolitiques. « En Haïti, nous n'avions pas dompté la maladie et, de plus, nous n'avons pas de dirigeants », tacle le militant.

En attendant la réouverture totale du pays, la population est toujours peu disposée à appliquer les mesures barrières recommandées par les autorités sanitaires. Le PM et le président insistent sur le respect scrupuleux de ces principes hygiéniques, la population quant à elle agit comme si la pandémie appartenait déjà au passé.

Daniel Sévère




Articles connexes


Afficher plus [6835]