S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Un nouveau cartel intérimaire à la Mairie des Gonaïves

Un nouveau cartel intérimaire à la Mairie des Gonaïves



Le cartel intérimaire nommé par arrêté présidentiel la semaine dernière a prêté serment vendredi dernier au parquet des Gonaïves sous le fond de discorde et de contestations. Très tôt dans la matinée, un groupe d’individus en colère contre le choix des nouveaux représentants de la commune ont mis le feu à l’entrée de l’hôtel de ville. Ils reprochent le président du conseil de ne pas bien cerner la réalité de la commune.


La cérémonie de prestations de serment du nouveau Conseil municipal (intérimaire) des Gonaïves par devant la doyenne du tribunal de première instance, Maître Phonie Charles Norgaisse, a été marquée particulièrement de vives protestations dans la matinée et l’absence du troisième membre du conseil qui a boudé la cérémonie parce qu’il n’a reçu, dit-il, aucun document l’invitant à la prestation de serment. D’autant pus que le nom mentionné dans le décret ne correspond pas totalement à celui qu’il porte.

Dans son discours de circonstance, le président du conseil, M. Patrice Gracia Brutus, a fait un appel à l’unité tout en annonçant une ère nouvelle dans la commune. Conscient des défis qui l’attendent, le maire intérimaire annonce le démarrage d’un plan social et progressif pour sceller la réconciliation entre les habitants de la ville. Il en a profité pour souligner qu’il aura à faire des choix difficiles. Il a promis d’organiser, avec tous ses concitadins, la célébration des six cents de fondation de la ville en 2022.

Par ailleurs, Jean Henriquez Auguste qui a rencontré la presse le lendemain de l’installation a dénoncé une forme de machination autour de son identité. Il se dit prêt à servir l’État. Mais cela doit se faire normalement. Il pose des problèmes matériels et juridiques qui font que le citoyen nommé ne correspond pas à son identité propre. Rappelant qu’il s’appelle Jean Henriquez Auguste contrairement à Henriquez Auguste mentionné dans le décret. Il dénonce le manque de volonté des dirigeants de travailler afin de mettre le pays sur les rails. « S’il y a une consultation qui est adressée à Jean Henriquez Auguste. Maintenant je vais étudier sa faisabilité avec les émissaires. Car je viens de dire que je suis là pour servir la société. Je dois regarder d’abord si ce que l’on me demande correspond avec ma vision en tant que personne qui travaille pour la communauté », a-t-il renchéri.

M. Henriquez a poursuivi pour expliquer que l'État ne doit pas s'arrêter. Il faut toujours avoir des gens disponibles à servir l'État même pour une seconde. Je suis heureux pour le cartel. Car après le départ du maire Neil Latortue, Il fallait trouver des gens pour passer le relais. C'est malheureux en Haïti que toutes les décisions prises soient maladroites. C'est anormal qu'un maire laisse son poste sans pouvoir donner investiture à un autre. C'est malhonnête parce que nous ne voulons pas mener le pays à bien. Si ceux-là qui viennent peuvent faire leur travail, c'est tant mieux. Je les félicite et je souhaite qu'ils travaillent d'arrache-pied pour répondre à certains besoins urgents de la population. Je le dis en toute sincérité. Je n'étais pas présent parce qu'il ne s'agissait pas de moi. Si l'État fait appel à moi, je suis disponible, mais pas dans n'importe quelle condition.

Lesly Succès




Articles connexes


Afficher plus [6917]