S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Rationnement du courant électrique : l’OPC fait des recommandations

Rationnement du courant électrique : l’OPC fait des recommandations



Depuis plusieurs semaines, la distribution du courant électrique dans le pays s’est empirée davantage. Les citoyens ne sachent pas à quel saint se vouer en l’absence de ce service de base. Face à une telle situation, l’Office de la protection du citoyen (OPC) est monté au créneau pour dire que ce rationnement drastique de courant électrique ne peut plus durer et qu’une solution rapide doit être trouvée dans l’intérêt de la population.


La question de rationnement drastique du courant électrique que connait le pays ces derniers jours interpelle les citoyens de plus en plus. Presque partout, les habitants expriment leur indignation face à cette situation jugée inacceptable, quand on sait qu’elle fait partie des services de base. Dans une note de presse en date du 27 juillet, l’Office de la protection du citoyen (OPC) a laissé savoir que ce rationnement ne peut plus durer et appelle à une solution rapide au profit de la population.

Selon l’OPC, cette situation a des conséquences néfastes « sur les petites et moyennes entreprises, sur le secteur de la communication (radios, télévisions, médias en ligne) et surtout sur les centres hospitaliers dont les conditions de fonctionnement deviennent très difficiles depuis l’apparition de la Covid-19 dans le pays ». L’instance nationale de droits humains a aussi souligné que « les cas de viols, de vols à main armée et de braquages seraient à la hausse surtout le soir puisque le black-out favorise la remontée du phénomène du banditisme ».

En dépit des informations faisant croire que deux parmi les trois turbines de la centrale hydroélectrique de Péligre sont en panne et que certains moteurs de plusieurs centrales thermiques seraient à l’origine du rationnement, il faut souligner que l’électricité d’Haïti (ED’H) tout comme le pays en général fait face à une crise effective.

« La situation, a affirmé l’OPC, devient très complexe suite au déclenchement des mouvements revendicatifs du Syndicat des employés de l’Électricité d’Haïti pour contester la nomination de Michel Présumé comme nouveau directeur général de l’institution ».

Reconnaissant que le droit à la contestation comme un droit humain, l’OPC enjoint le syndicat à « éviter dans leurs mouvements revendicatifs toutes infiltrations aux fins de barrer la route à toutes formes de violences ou de pratiques qui viseraient à saboter les matériels et les réseaux de l’Électricité d’Haïti qui malgré toutes les circonstances demeure une entité de l’État fournissant un service public ».

Sur les réseaux sociaux, les citoyens n’ont pas manqué de réagir sur ce rationnement. Si la journaliste Nancy Roc, sur son compte Twitter, dit avoir passé 24 jours sans courant électrique, pour ce citoyen, ce n’est pas trop différent. « Je suis à mon septième jour de black-out. Plus d’inverter depuis trois jours. Et encore je suis chanceux puisque certains de mes amis en sont à beaucoup plus que ça : 12 ou 15 jours... au 21e siècle », a dénoncé Jackson Joseph.

« Et voilà, c’est l’été, et on dirait que c’est la période la plus chaude de l’année en Haïti. Comment rester chez soi malgré le coronavirus ? Comment trouver le sommeil la nuit dans de telles conditions ? Moi je n’entends pas d’excuses ni de responsables. Juste des grognes comme des sujets d’une basse-cour, peureux et terrifiés à l’idée de se faire réprimander », a expliqué M. Joseph tout en se questionnant plus loin s’il nous reste encore une âme.

Par ailleurs, faut-il signaler que, le 27 juillet, le Premier ministre Joseph Jouthe a effectué une visite au local du siège social de l’ED’H à la rue Joseph Janvier et s’est entretenu avec la présidente de la Fédération des syndicats des travailleurs de l’EDH (FESTREDH), Rosemonde Adrien. M. Jouthe a aussi annoncé, dès la semaine prochaine, l’arrivée des pièces nécessaires à la réparation de plusieurs centrales.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [6962]