S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Pour le Premier ministre, ceux qui critiquent le nouveau Code pénal ne l’ont pas lu

Pour le Premier ministre, ceux qui critiquent le nouveau Code pénal ne l’ont pas lu



Le secteur chrétien en Haïti, et bien d’autres, s’est soulevé contre le projet du nouveau Code pénal de l’équipe au pouvoir. Mais le Premier ministre Joseph Jouthe estime que toutes les personnes qui sont contre ce projet sont celles qui n’ont pas lu le document.


Les partisans du pouvoir ne cessent de le défendre, mais plus d’un mois après sa publication, le nouveau Code pénal continue de soulever les colères au sein de la société haïtienne. Des leaders de l’opposition politique, anciens parlementaires, universitaires, juristes et avocats, leaders d’opinion, des personnalités influentes de différentes organisations de la société civile, différentes classes de professionnels ont tous exprimé leur désaccord en ce qui concerne ce nouveau Code pénal publié par décret présidentiel en juin dernier.

Pas mal d’articles au sein du nouveau Code pénal, dont ceux qui traitent la question de majorité sexuelle, de l’orientation sexuelle, de l’amnistie, etc., sont tous critiqués par ces secteurs qui évoquent tous les jours dans les débats publics ou les médias, la confusion qui règne dans la compréhension du texte. Pourtant, le chef du gouvernement, Joseph Jouthe, en consultation pour collecter les griefs contre le nouveau Code pénal, a fait une sortie ironique et irrespectueuse en classant les contradicteurs dans la catégorie des personnes qui ne lisent pas et encore moins le document contesté.

Or, des professionnels du droit qui défendent l’idée de l’adoption d’un nouveau Code pénal en fonction de l’évolution de la société haïtienne sont d’accord qu’il y a des erreurs à corriger dans ce texte avant de penser à sa publication. En outre, les articles critiqués ne sont pas forcement d’ordre politique. Ce sont surtout des articles qui sont perçus comme contraires à la morale, aux mœurs et aux coutumes du pays.

Le plus grand soulèvement contre ce nouveau Code pénal a eu lieu le dimanche 26 juillet. Des milliers de personnes du secteur protestant ont gagné les rues pour exiger le retrait de l’avant-projet du nouveau Code pénal, soulignant par ailleurs une atteinte aux mœurs, coutumes et à la moralité en Haïti. L’Église catholique, à travers une note de la Commission épiscopale d’Haïti (CEH) a déjà protesté contre l’idée de rendre officiel ce nouveau code pénal qui, selon les dirigeants de l’Église catholique, risque de saper les bases mêmes de la démocratie déjà chancelante en Haïti.

Les controverses autour du nouveau Code pénal sont importantes à un moins tel que même des personnalités de l’entourage de Jovenel Moise ont critiqué certains points du texte. À titre d’exemple, Me Josué Pierre-Louis, homme politique qui a occupé plusieurs fonctions durant le règne du PHTK, lors de son passage à l’émission « invité du jour » de Vision 2000, a souligné beaucoup de légèretés présentes dans le texte du nouveau Code pénal. Selon lui, des corrections sont nécessaires, alors que l’exécutif continue de croire que le Code n’a aucun problème, et que ce sont des hommes de l’opposition qui essaient de soulever la population contre le pouvoir en place.

À souligner que le Premier ministre haïtien a fait cette déclaration en marge d’une visite au Bureau central de l’électricité d’Haïti (ED’H) qui peine à fournir et distribuer le courant électrique à la population depuis plus de trois mois. Ainsi, les journalistes ont profité pour aborder la question du nouveau Code pénal qui, sans doute, sera d’actualité durant encore 24 mois, le temps prévisionnel pour son entrée en vigueur dans le pays.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [6962]