S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Appel patriotique aux enseignants grévistes afin de reprendre les cours au profit des écoliers

Appel patriotique aux enseignants grévistes afin de reprendre les cours au profit des écoliers



Alors que des syndicalistes d’enseignants ont annoncé au début de cette semaine, la poursuite des activités de mobilisation pour une éducation publique de qualité, le secrétaire général de l’Union des parents d’élèves progressistes d’Haïti (UPEPH) lance, ce jeudi 24 septembre, un appel patriotique aux professeurs grévistes pour le retour au travail à quelques jours des examens officiels afin de combler les lacunes des écoliers qui ont déjà perdu plusieurs jours de classe.


À côté des problèmes politiques et sécuritaires qui rongent le pays, le plaidoyer pour une éducation publique de qualité devient de plus en plus récurrent. Depuis la reprise des activités scolaires le 10 août dernier, l’on ne cesse de compter des mouvements de protestations des syndicats d’enseignants pour de meilleures conditions de travail et autres. Dans une note datée du 22 septembre 2020, la Plateforme des syndicats d’enseignants et les syndicats en lutte pour une éducation publique de qualité ont annoncé la poursuite des activités de mobilisation dans l’optique de forcer l’État haïtien à garantir le droit à une éducation publique de qualité pour tous.

De toutes ces activités de mobilisations des enseignants, ajoutées avec la question d’insécurité grandissante, les écoliers du secteur public sont les principales victimes. Quand ce n’est pas une question de bandits armés qui s’entredéchirent en leur privant du droit à l’éducation, ce sont les salles de classe qui n’ont pas de professeurs.

En conséquence, de nombreux lycéens ainsi que des élèves des écoles nationales ont été dans les rues les jours passés pour réclamer la présence des professeurs dans les salles de classe. Le Collège canado-haïtien (CCH) des frères du Sacré-Cœur a été, l’une des victimes des protestations écolières qui plaident également pour une égalité de chance dans le système éducatif.

En date du 21 septembre 2020, le CCH s’est dit conscient « que l’année scolaire 2019-2020 touche à sa fin » pour l’institution et offre ses services au profit de certains lycées en difficulté. « Cependant, dans le but de la terminer sur une note positive, indique le CCH, la direction lance « une initiative citoyenne » qui est une semaine de révision, à l’intention des lycées des classes de 9e et S4 des zones avoisinantes, organisée dans les locaux du collège. Cette activité se tiendra du 28 septembre au 2 octobre 2020, de 8 h à 13 h ».

Pour le secrétaire général de l’Union des parents d’élèves progressistes d’Haïti (UPEPH), Leo Litholu qui a été en conférence ce jeudi 24 septembre 2020, les revendications des syndicalistes pour de meilleures conditions de travail sont justes. Toutefois, M. Litholu, lance un « appel patriotique » à tous les professeurs afin de payer de leur présence chaque jour dans les salles de classe à quelques jours des examens officiels. Ce faisant, dit-il, les professeurs vont pouvoir chercher à combler les lacunes des élèves en dépit des nombreuses difficultés liées à l’année scolaire.

Par ailleurs, le secrétaire général tient aussi à dénoncer certains professeurs qui sont nommés dans l’administration publique, qui perçoivent leurs chèques et ne viennent pas travailler. Pour M. Litholu, ces professeurs doivent changer de comportement et donner une chance aux élèves afin qu’ils puissent clôturer l’année scolaire.

À rappeler, la nature a horreur du vide et quand des jeunes sont privés du droit à l’éducation, il y a des risques que la délinquance prenne le dessus.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7183]