S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Division au sein du secteur démocratique, Kelly C. Bastien claque la porte

Division au sein du secteur démocratique, Kelly C. Bastien claque la porte



Depuis la signature de l’Accord Kinam en 2019, plusieurs partis de l’opposition sont constamment en pourparlers avec le PHTK, parti au pouvoir. La révélation a été faite la semaine dernière par l’actuel président du PHTK, Liné Balthazar, qui a fait savoir qu’aucun consensus n’est encore dégagé de ces discussions. Mais depuis cette déclaration, les différents partis politiques et personnalités de l’opposition cherchent à revoir leur position afin de ne pas perdre la face devant la population.


La logique de l’opposition était d’occuper le béton, et en même temps négocier avec le pouvoir en catimini, sans révéler le moindre soupçon. Une stratégie qui n’est pas favorable à PHTK qui veut donner le signal d’un consensus politique. Donc, les révélations de Liné Balthazar ont fragilisé le secteur démocratique qui a vite compris la nécessité de lâcher Kelly C. Bastien à qui il avait donné le mandat de discuter avec le PHTK au nom du secteur. Furieux par le comportement de ses collègues de l’opposition, Kelly C. Bastien a tourné le dos au secteur démocratique. Et dans une note de presse, il a expliqué sa décision dans les moindres détails.

Dans sa note, l’ancien sénateur du Nord répond à des rumeurs faisant état de graves dérogations de sa part de la ligne de combat du secteur démocratique. Sur ce, des discussions ont eu lieu entre lui et ses pairs du secteur démocratique qui ont admis une erreur de jugement de leur part, mais ils n’ont jamais clarifié la situation en public. Par conséquent, devant le refus des autres camarades du secteur démocratique d’élucider la question, Kelly C. Bastien a décidé de faire la lumière sur le dossier et de tirer sa révérence au sein du secteur démocratique et populaire, une plateforme qui regroupe plusieurs partis de l’opposition.

D’après le Dr Kelly C. Bastien, Nenel Cassy, André Michel et Marjorie Michel sont les trois principaux personnages qui lui ont donné feu vert pour négocier avec les dirigeants du PHTK au nom du secteur démocratique. Mais il n’a jamais été question d’une rencontre discrète, à l’insu du secteur, aux fins de concocter un accord politique avec le pouvoir en place. Suite à la circulation de ces rumeurs, l’ancien élu du Nord avait requis de ces collègues une conférence de presse afin de rétablir les faits, dissiper le doute et restaurer la confiance auprès de la population et des sympathisants. Ce qu’il n’a pas obtenu au final.

À l’indifférence et à la froideur de ses collègues du secteur démocratique, Dr Kelly C. Bastien répond en claquant la porte de cette plateforme politique, tout en restant attaché, dit-il, aux revendications du peuple haïtien qui ne jure que par la transparence et la reddition des comptes, gages absolus de la bonne gouvernance. Le leader condamne le comportement de ces hommes avec qui il menait autrefois le combat démocratique, et les invite à faire de la politique autrement. Car, ajoute-t-il, la calomnie et les intrigues stériles ne doivent pas se substituer à l’élaboration d’un plan stratégique pour le développement affectif d’Haïti.

Kelly C. Bastien, qui accepte le paiement de ce prix d’une lutte interne pour une opposition moderne, transparente et qui peut anticiper la gestion du pouvoir, affirme qu’il ne sera jamais question de marcher sur les cadavres des massacrés du Bel-Air et de Lassaline pour aller négocier des miettes avec le pouvoir en place. « Je n’entends assumer aucune fonction dans le cadre de la transition à venir », déclare-t-il, tout en demeurant convaincu de la nécessité d’accompagner le processus pour que les questions essentielles à la reddition des comptes, aux massacres, et à l’intégration socio-économique de la population, notamment la jeunesse, ne soient pas noyées dans la boue des intérêts mesquins.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [7201]