S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Mieux vaut acheter que louer des hélicoptères, selon la Cour des comptes

Mieux vaut acheter que louer des hélicoptères, selon la Cour des comptes



Le scandale de location des hélicoptères pour le transport des hauts dignitaires de l’État haïtien est de retour dans l’actualité. Au cours du mois de mai 2020, la Cour des comptes a refusé d’approuver un contrat passé entre l’État haïtien et Hélico S.A, pour l’affrètement des hélicoptères devant assurer le transport des hauts dignitaires haïtiens, cadres de l’administration publique et des étrangers en visite en Haïti. Moins d’un mois après, soit en juin 2020, le pouvoir en place a renvoyé ce dossier à la Cour des comptes dans l’espoir d’un avis favorable.


C’est un contrat qui va coûter plus de 3 millions de dollars au trésor public sur une période d’une année. Au moment du refus, la Cour des comptes a expliqué au pouvoir en place que ce marché n’est pas dans l’intérêt de l’État haïtien, et que le trésor public gagnerait si l’État haïtien consentait à faire l’acquisition d’avions ou d’hélicoptères dédiés au transport aérien des personnalités visées dans ce marché de location de plus de trois millions de dollars et demi sur une année. Mais cela n’empêche que le pouvoir en place s’entête à faire valider ce contrat au lieu de considérer l’avis de la Cour des comptes, et d’agir en conséquence.

Face à la persistance des autorités pour la validation de ce contrat, la Cour des comptes a encore une fois retourné le projet et fait encore les mêmes recommandations. L’équipe du PHTK a été invitée à surseoir sur leur projet d’affrètement d’hélicoptère et d’entamer les procédures relatives à l’acquisition de ces matériels de transport aérien. Pendant qu’il était encore sénateur, président de la commission éthique et anticorruption, Youri Latortue, avait dénoncé ce contrat signé entre l’État haïtien et la firme HÉLICO S.A., compagnie privée d’un homme d’affaires réputé proche du pouvoir en place.

Un hélicoptère coûte en moyenne 500 000 dollars américains

Compte tenu de la réalité du marché des matériels aériens, il est clair que la Cour des comptes, juridiction administrative chargée de vérifier la régularité, la sincérité et la fidélité des comptes de l’État haïtien, a bien fait son travail. L’acquisition d’un hélicoptère pouvant fournir ces services à l’État haïtien peut couter en moyenne 500 000 dollars américains. Certains sont encore moins chers. Par exemple, Le Robinson R 44 est un hélicoptère répandu et très économique. Sur le marché nord-américain, il coûte 200 000 $ US à l’état usagé, et entre 350 000 et 500 000 $ US à l’état neuf, dépendamment de la capacité.

Produit par une compagnie privée américaine, ce modèle a été pour la première fois utilisé par l’armée américaine vers les années 1960, lors des interventions au Viêtnam, avant d’être vulgarisé dans le monde entier. Depuis, c’est l’hélicoptère le plus vendu à travers la planète. Des gouvernements de plusieurs pays l’utilisent pour les services de l’État. Des gens riches l’utilisent pour le loisir. Certainement, il existe des modèles un peu plus chers, mais pour les services de transports des dignitaires à l’intérieur du pays, ce modèle peut bien faire le travail puisque d’autres gouvernements l’utilisent dans le même sens. Donc, à raison de 500 000 dollars US, l’unité, l’État haïtien ferait mieux de procéder à l’acquisition de 6 hélicoptères de ce modèle au lieu de passer un contrat de location pour plus de 3 millions et demi de dollars, comme le recommande la Cour des comptes. Logiquement le marché qui serait au profit du Trésor public, c’est l’acquisition des matériels de transport aérien.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [7201]