S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La « baisse » des prix est une tactique du pouvoir afin de mater la mobilisation populaire, selon certaines organisations

La « baisse » des prix est une tactique du pouvoir afin de mater la mobilisation populaire, selon certaines organisations



À en croire plusieurs organisations comme « Aksyon patriotik », « Respè dwa fanm » et « Fanm vanyan », le pouvoir en place tente de casser le feu de la mobilisation populaire annoncée pour le 17 octobre 2020. Selon ces organisations, la répression populaire ajoutée avec l’insécurité planifiée, la « baisse » maquillée des prix sur le marché local sont autant de tactiques utilisées par le régime en place pour contraindre la population à ne pas sortir ce samedi.


Encore une fois, une série d’organisations dite « progressistes » est montée au créneau pour dénoncer la répression populaire orchestrée par le régime en place tout en lançant un appel aux citoyens pour une mobilisation générale le 17 octobre 2020. « Aksyon patyriotik », « Fòs Kanapevè », « Respè dwa fanm », « Fanm vanyan », sont quelques parmi ces organisations qui laissent croire que le pouvoir en place tente d’éteindre le feu de la mobilisation populaire en utilisant plusieurs tactiques.

Selon la coordonnatrice de « Respè dwa fanm », Dahana Lima, la baisse des prix (riz, pois, huile, lait) sur le marché local est une manœuvre du Gouvernement afin de mater la mobilisation populaire annoncée pour ce samedi. À en croire Mme Lima, c’est une « démagogie » car la baisse observée n’est pas effective réellement. En guise d’exemple, elle prend, entre autres, le prix des circuits de transports qui reste inchangé alors que le prix de l’essence à la pompe a diminué. Elle qualifie aussi de démagogie la remise des transferts internationaux en gourde.

D’après Mme Lima, l’insécurité qui sévit dans le pays est planifiée ainsi que la misère. L’impérialisme, dit-elle, a les mains cachées dans ces choses qui mettent le pays à nu.

Pour sa part, la coordonnatrice de Fanm vanyan, Manoucheka Jules, annonce pour ce 15 octobre une exposition de photo en prélude du 17 octobre. L’assassinat du bâtonnier Me Monferrier Dorval, l’assassinat de Gregory Saint-Hilaire sont des actes de répression visant à intimider la population. En ce sens, elle demande aux citoyens de rester très vigilants et de ne pas se laisser faire. Selon Mme Jules, Fanm Vanyan va sortir ce samedi pour faire passer les revendications populaires.

La représentante de Fanm vanyan est claire. L’on doit briser ce système qui ne favorise pas la population. Pour ce faire, le chef de l’État doit laisser le pouvoir avant 7 février 2021. « Si nous attendons le 7 février 2021, nous finirons par mourir en grand nombre », a indiqué la coordonnatrice qui se montre très acide par rapport au premier citoyen de la nation. De son côté, Lucate Wilford qui fait partie du directoire de « Aksyon patriotik » a abondé dans le même sens. Nous attendons, dit-il, que le président de la République remette la clef du Palais nationale.

Faut-il signaler que depuis un certain temps, le Gouvernement en place est plus confortable par rapport à l’opposition politique qui peine souvent fois à se rassembler.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7183]