S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté : OPC, ATD Quart Monde et CEJILAP plaident pour la justice sociale et environnementale en Haïti

Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté : OPC, ATD Quart Monde et CEJILAP plaident pour la justice sociale et environnementale en Haïti



En prélude à la commémoration de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, le 17 octobre prochain, l’OPC, l’ATD Quart Monde et CEJILAP ont donné une conférence conjointe autour du thème retenu cette année: Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour tous


À l’occasion la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, l’Office de protection du citoyen (OPC), le Mouvement ATD Quart Monde et la Commission épiscopale nationale Justice et Paix (CEJILAP) ont, dans une conférence conjointe, annoncé les couleurs de la célébration de cette année. Le 27e anniversaire de la résolution 47/196 de l’Assemblée générale des Nations unies instituant ladite journée et 32e anniversaire de l’appel à l’action du Père Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, sera célébré cette année autour du thème « Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour tous ».

Mettant l’accent sur la justice sociale et environnementale pour tous, le thème de cette année ouvre la voie aux discussions portant vers la reconnaissance de la multidimensionnalité de la pauvreté et ses liens avec la justice sociale et environnementale. Dans son intervention le protecteur du citoyen a mis en exergue cette relation. « La pauvreté est un des facteurs déterminant notre réalité actuelle marquée par des scènes de violence et des actes de violence dans le pays» a déclaré-t-il. Me Hédouville a continué à insister sur la nécessité de commencer à combattre la pauvreté, la misère pour mettre fin à la violence, l’insécurité et les violations des droits humains. « Là où règne l’insécurité, la violence est présente et il est impossible de trouver la justice d’une façon générale. Il n’y a ni de justice sociale, ni de justice environnementale. L’insécurité broie tout ce qui porte aux droits humains, la démocratie, l’État de droit. Bref, l’insécurité est une entrave, un cancer pour toute société », a argumenté l’homme de loi.

Mogène Alionat, le représentant d’ATD Quart monde, ce mouvement de personnes d’horizons divers unis pour réfléchir, agir et vivre différemment dont le fondateur est l’instigateur de la Journée internationale contre la pauvreté a choisi, quant à lui, de partager avec le public les mots des plus pauvres. « Aujourd’hui, nous aimerons parler des droits, mais nous ne connaissons que le droit à la misère. Nous aimerions parler de la justice qui est mentionnée dans le thème de ce 17 octobre, mais ce que nous vivons c’est l’injustice sous toutes ses formes. L’injustice quand nous ne pouvons porter plainte par-devant un tribunal quand nos droits sont violés. L’injustice quand nous vivons dans la peur à cause de l’insécurité», ont indiqué les participants à un échange entre différents mouvements ATD Quart Monde de l’Amérique latine et de la Caraïbe.

En l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, Antoine Viau de la Commission épiscopale nationale Justice et Paix (CE-JILAP) a saisi l’occasion pour réclamer justice pour toutes les victimes des actes de banditisme. « Nous réclamons du ministre de la Justice et de tous ceux qui sont dans la chaine judiciaire de tout mettre en branle pour que ceux qui sont tombés sous les balles des assassins, des bandits sans foi ni loi » a-t-il martelé.

Pour les commémorations de cette année, les Nations unies comptent se mobiliser pour que les savoirs, les expériences des personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté soient reconnus et célébrés. Cette année, des messages vidéos de personnes et communautés vivant dans la pauvreté et confrontées aux effets de la dégradation de l’environnement et du changement climatique et qui se mobilisent pour y face seront partagées en ligne.

Stevens JEAN FRANÇOIS




Articles connexes


Afficher plus [7183]