S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Épreuves du baccalauréat 2019-2020 : des candidats font appel à la clémence du Ministère!

Épreuves du baccalauréat 2019-2020 : des candidats font appel à la clémence du Ministère!



Pour la grande majorité des candidats, les épreuves du baccalauréat, unique et traditionnel, prennent fin ce jeudi 22 octobre 2020. Ces examens marqueront la fin d’une année académique spéciale affectée par de trop longues pauses imposées par les troubles sociopolitiques et le coronavirus. Prenant ces faits comme prétextes, des candidats demandent au ministère de l’Éducation nationale et aux correcteurs de faire montre de souplesse.


Le 10 août 2020, le Ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a invité les établissements scolaires à rouvrir leurs portes. Cette décision concernait uniquement les élèves en salle d’Examens d’État c’est-à-dire 9e année fondamentale et Terminale (Secondaire IV et Philo). Pour certains élèves, c’était, en réalité, l’ouverture de l’année scolaire. Ils n’avaient pas pu aller à l’école avant la confirmation de deux cas de contamination au nouveau coronavirus en Haïti qui avait poussé les autorités à fermer les écoles moins de quatre mois après le début de l’année scolaire.

Les nombreux épisodes de l’opération dénommée pays « lock » marquée par des manifestations violentes et la paralysie des activités ont empêché aux écoles de fonctionner durant, quasiment, tout le premier trimestre. Devant l’obligation de clôturer l’année académique, le MENFP a réaménagé un nouveau calendrier scolaire pour l’année académique 2019-2020 et mis en place de nouveaux programmes visant à faciliter une bonne gestion des 147 jours de classe prévus dans le calendrier en question. Aujourd’hui, malgré l’élaboration des textes d’examen sur la base des programmes à compétences minimales, des participants aux examens déclarent que les épreuves n’étaient pas à leur portée.

119 287 candidats (105 530 nouveaux et 13 757 recalés) ont pris part aux épreuves cette année. Si certains ont déclaré à l’équipe de Radio et Télé Pacifique et Le National que les épreuves étaient faciles et qu’ils avaient l’impression de « re-composer » pour le premier contrôle, d’autres ont trouvé que c’était la mer à boire. « Ils nous ont donné des examens qui ne prennent pas en compte la conjoncture. Pour eux, c’est comme s’il ne s’était rien passé. Nous sommes allés à l’école pendant deux mois ensuite nous avons eu deux semaines de séminaire. Les professeurs sont venus, ils ont écrit au tableau sans vraiment donner d’explications. L’examen n’a pas porté sur les maigres notions abordées en salle de classe », a relaté un candidat. Un autre candidat subissant les épreuves au centre sis au Lycée Marie Jeanne a un message assez clair pour le ministre de l’Éducation nationale. « Je demande au ministre de passer aux correcteurs la consigne de corriger les feuilles avec flexibilité c’est-à-dire si l’épreuve est sur 300 points, si 50 points leur semblent trop élevés, les élèves doivent bénéficier 40 points parce qu’ils ont identifié leurs copies » a-t-il déclaré.

Si les uniformes et les noms d’institution ont changé, cette demande quant à elle est revenue aux lèvres des candidats. Ils pensent qu’ils méritent d’être récompensés parce qu’ils se sont présentés aux épreuves. Fait important à signaler, aucun d’eux n’est descendu en dessous de 20 points. Si ces candidats sont restés en salle d’examen et prient pour que le Ministère fasse preuve de clémence, d’autres ont investi les rues en signe de protestation.

Si les candidats de Petit-Goâve ont attendu le dernier jour des épreuves pour gagner les rues parce que les textes des épreuves leur semblaient trop difficiles, plusieurs dizaines du centre d’examens du Lycée Toussaint Louverture de Haut du Cap, sis à Cap-Haitien, ont quant à eux protesté contre le choix des textes depuis le deuxième jour des épreuves soit mardi dernier.

Cette année a été spéciale, toutefois, le Ministère de l’Education ne devra-t-il pas s’assurer que les prochains bacheliers aient le niveau minimum ? Réponse à la publication des résultats.

Stevens JEAN FRANÇOIS




Articles connexes


Afficher plus [7326]