S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Réforme de l’enseignement supérieur : le CUEH recadre le Pouvoir exécutif

Réforme de l’enseignement supérieur : le CUEH recadre le Pouvoir exécutif



À travers deux décrets, pris au mois de novembre dernier, le chef de l’État haïtien, Jovenel Moise, par décret, a apporté certaines modifications concernant l’organisation et le fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique en Haïti. Conscient des écarts et erreurs commis par le pouvoir en place par l’adoption de ces deux textes, le Conseil de l’Université d’État d’Haïti (CUEH) se fait le devoir de remettre le clocher au milieu du village.


À travers ces décrets, le pouvoir en place a pris la liberté de porter des changements dans l’enseignement supérieur en Haïti, alors que ce dernier jouit d’une liberté consacrée par la Constitution de 1987, et est dispensé par l’Université d’État d’Haïti (UEH), une institution également autonome, compte tenu de l’article 208 de la Constitution en vigueur, et les écoles supérieures publiques, ainsi que les écoles supérieures privées agréées par l’État.

Réuni en session ordinaire les 14 et 17 novembre dernier, le Conseil de l’Université d’État d’Haïti (CUEH) a adopté une résolution visant à notifier son refus de plier aux réformes adoptées par le pouvoir en place à travers les deux décrets concernant l’enseignement supérieur dans le pays. Les représentants des différentes entités de l’UEH au Conseil de l’Université se sont tous mis d’accord pour rebeller contre ces nouvelles dispositions.

Pour corroborer leur décision, les membres du Conseil de l’UEH se sont appuyés sur la Constitution, le volet instituions indépendantes des lois de finances promulguées depuis 1987, le décret du 11 mars 2020 sur l’organisation, le fonctionnement, et la modernisation de l’enseignement supérieur, le décret du 11 mars 2020 sur le fonctionnement de l’Agence nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (ANESRS), etc.

D’après le Conseil de l’UEH, l’organe chargé de la régulation de l’enseignement supérieur en Haïti, à savoir, l’ANESRS, est placé au rang d’institutions indépendantes par la Constitution de 1987. Alors, le Conseil trouve qu’il est inconcevable que les décrets récemment adoptés réduisent cette institution en un organisme fonctionnant sous la tutelle du ministère de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP).

En effet, compte tenu des dispositions contraires au statut constitutionnel de l’université qu’englobent ces décrets, et de la volonté manifeste des autorités étatiques d’ignorer les remarques et recommandations du secteur universitaire, le CUEH refuse de cautionner ces textes législatifs pris en violation de la Constitution en vigueur. Ainsi, le Conseil de l’université demande au Pouvoir exécutif de surseoir à l’application des dits décrets, en attendant de les mettre en conformité avec la charte fondamentale et de rechercher le consensus approprié auprès du secteur universitaire.

Par ailleurs, le Conseil de 33 membres de l’Université d’État d’Haïti instruit le Conseil exécutif composé du recteur et des vices recteurs de l’UEH à ne pas s’associer à aucune démarche visant la mise en œuvre de ces décrets. C’est une première opposition à ces décrets du Pouvoir exécutif qui vise à placer l’enseignement supérieur en Haïti sous tutelle de l’exécutif. Une opposition à ne pas prendre à la légère, compte tenu du poids de l’UEH dans l’enseignement supérieur en Haïti.

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [7472]