S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L'insécurité a causé la fuite de 84 % des cerveaux haïtiens, selon le PM Joseph Jouthe

L'insécurité a causé la fuite de 84 % des cerveaux haïtiens, selon le PM Joseph Jouthe



Les dernières attaques s sur des patrouilles de la Police nationale d’Haïti (PNH) ce jeudi 3 décembre 2020 ont, apparemment, offusqué le Premier ministre haïtien, Joseph Jouthe. Réagissant à ces attaques lors de la clôture de la première édition de la semaine des Objectifs de développement durable (ODD) en Haïti, le chef du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN) a tempêté : « À la guerre comme à la guerre ». Le premier des policiers a aussi demandé à la population d’être prudente face à la réaction de la PNH afin d’éviter des dommages collatéraux.


À l’instar du président de la République qui avait indiqué que le pays à cinq grands problèmes : « Corruption, corruption, corruption, corruption, corruption ». En ces derniers temps, il semble que le pays, en dépit d’autres, a aussi cinq autres grands problèmes : « insécurité, insécurité, insécurité, insécurité, insécurité ». Participant à la clôture de la première édition de la semaine des Objectifs de développement durable en Haïti organisée par la Primature et le Bureau du coordonnateur résident du système des Nations unies en Haïti, le premier des policiers haïtiens se dit conscient de l’insécurité qui règne dans le pays.

« Nous ne pouvons pas parler de développement durable, de macro-économie dans cette atmosphère qui règne en Haïti. Nous au niveau du Gouvernement, nous sommes conscients que le degré de corruption est trop haut, nous sommes aussi conscients que la pression fiscale n’est pas celle que nous devrions avoir pour être compétitive avec les autres pays de la région. Mais, nous sommes conscients aussi de l’insécurité. 84 % de matyè griz, de moun ki gen mastè nan peyi ya, al viv nan peyi etranje, se ensekirite ya ki fè sa ». C’est qu’a fait savoir le PM Jouthe ajoutant que la diaspora ne peut venir investir dans le pays à cause de l’insécurité.

Au cours de cet événement, ayant eu lieu dans la matinée à l’hôtel Montana, le PM avait profité pour indiquer que des bandits ont attaqué 3 patrouilles de la PNH. Pour le Premier ministre, ces attaques sont une déclaration de guerre. « À la guerre comme à la guerre », a-t-il tempêté tout en demandant à la population de se mettre à couvert afin d’éviter des dommages collatéraux face une éventuelle réaction de la PNH.

Pour ce qui a trait à la mise en œuvre des ODD, le PM a fait savoir que les défis sont grands. « Il est indispensable de nous concentrer sur des actions appropriées et éviter les échecs dans un contexte marqué par la baisse des ressources financières pour assurer les investissements. Il convient de capitaliser nos efforts sur les meilleures options de la mise en œuvre des ODD face à ces défis », a précisé celui qui est aussi le ministre de la Planification et de la Coopération externe.

Pour sa part, le coordonnateur résident du système des Nations unies en Haïti, Bruno Lemarquis, a mis l’accent sur l’ODD17 ayant rapport avec l’accroissement des exportations. Pour M. Lemarquis, il est important qu’Haïti diversifie ses sources d’exportations afin de réduire la vulnérabilité de son économie. D’après le coordonnateur, la crise sanitaire Covid-19 avait de grandes conséquences sur l’économie du pays où de nombreux citoyens ont perdu leurs emplois. « Des 58 mille personnes employées dans le secteur textile par exemple, seuls 36 mille aujourd’hui y sont encore et les femmes ont été les plus touchées par les licenciements », a fait remarquer M. Lemarquis.

Pour mettre en œuvre les ODD, il reste 10 ans à Haïti. En ce sens, M. Lemarquis dit qu’il faut au pays une feuille de route comme guide et un plan d’action comme boussole à toutes les actions des partenaires. Il nous faudra, dit-il, plus de coordination à tous les niveaux (l’État et ses partenaires et les partenaires eux-mêmes) et il faudra travailler dur pour améliorer l’efficacité et l’impact du développement en Haïti.

Faut-il signaler que cet évènement organisé du 1er au 3 décembre poursuivait trois objectifs : « identifier les bases d’une meilleure coordination des partenariats de l’aide au développement, clarifier les enjeux de financement des objectifs de développement durable en Haïti et enfin acter l’adoption et la mise en œuvre de la feuille de route des ODD ».

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7487]