S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le MOPOD prône le soulèvement général contre le régime en place et un accord politique

Le MOPOD prône le soulèvement général contre le régime en place et un accord politique



Les différentes forces de l’opposition n’abdiquent pas. Ce mercredi 13 janvier 2021, c’est au tour du Mouvement patriotique populaire dessalinien (MOPOD) de rappeler au chef de l’État Jovenel Moïse, la date constitutionnelle de la fin de son mandat : 7 février 2021. Déjà, le MOPOD enjoint la population à se soulever contre le système en place ce 15 janvier. Outre cela, l’entité politique plaide pour une conférence nationale pouvant conduire à la stabilité politique et au développement du pays.

À côté la question de l’illégitimité du Conseil électoral provisoire (CEP), la date marquant la fin de mandat du président Jovenel Moïse se retrouve au cœur des réunions de l’opposition politique. Ce mercredi 13 janvier 2021 a été l’occasion pour le Mouvement patriotique populaire dessalinien (MOPOD) de se fixer lors d’une conférence de presse tenue en son local à Turgeau, Port-au-Prince.

En dépit des clivages des diverses forces de l’opposition politique haïtienne sur certaines questions, un point fait au moins l’unanimité comme le fait savoir le sénateur Patrice Dumont. Le 7 février 2021 est la date marquant la fin de mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse. En effet, c’est la position du MOPOD et c’est ce qu’a fait savoir le coordonnateur général du mouvement, l’agronome Jean André Victor. Pour ce dernier, il faut une réponse haïtienne à la crise haïtienne pendant qu’il demande à l’Organisation des États américains (OEA) de se tenir loin de la politique du pays.

Si d’une part, le MOPOD appelle au soulèvement général ce vendredi 15 janvier 2021 contre le régime en place, le mouvement fait aussi la promotion pour un accord politique entre les différents secteurs de la vie nationale pouvant permettre au pays de regagner la voie de la stabilité et du développement. « Si pa gen estabilite politik nan yon peyi pa gen envestisman, si pa gen envestisman pa ka gen devlopman. Si w pa gen devlopman, w pa ka amelyore lavi pèp la », explique M. Victor ajoutant qu’il faut aux groupes politiques la coordination permanente afin de trouver un terrain d’entente permettant d’avancer.

Comme de nombreuses personnalités politiques de l’opposition très acides à l’égard du premier citoyen de la Nation, le coordonnateur général pense que le président Jovenel Moise met en danger la vie de la population lorsqu’il ne favorise pas la production de riz dans le département de l’Artibonite. « Olye li pèmèt yo plante diri Latibonit, janm t ap di talè ya, ebyen, se gang ki plante latibonit », a fait remarquer M. Victor qui estime qu’on ne peut pas inciter la production nationale dans ce cas.

« Tout mezi prezidan te di l pran pou ogmante pwodiksyon agrikòl, yo youn pa mache. Karavan pa mache. Jaden bannann pa mache…Li di l ap fè baraj tout kote, sa pa mache », a expliqué l’agronome qui croit que plus le chef de l’État passe de temps au pouvoir, plus que le pays s’enfonce dans la misère.

De son côté, le porte-parole du MOPOD, Serge Jean-Louis a indiqué que l’accord politique est nécessaire par rapport à la situation (exceptionnelle) au lendemain du 7 février 2021. « L’accord politique va donner de la légitimité politique nécessaire à l’équipe qui va gouverner », a-t-il précisé.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7619]