S'identifier Contact Avis
 
25.77° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Augmentation de 333 % du nombre de victimes de violations de droits de l’homme et d’abus entre 2018 et 2019 en Haïti, selon l’ONU

Augmentation de 333 % du nombre de victimes de violations de droits de l’homme et d’abus entre 2018 et 2019 en Haïti, selon l’ONU



L’Organisation des Nations unies (ONU) a rendu public, ce lundi 18 janvier 2021, un rapport accablant sur les violations et abus des droits de l’homme commis dans le cadre des manifestations qui se sont déroulées entre le 6 juillet 2018 et le 10 décembre 2019. D’après l’instance onusienne, un total de 131 violations et abus aux droits à la vie et à la sécurité de la personne a été enregistré lors des manifestations de 2018 contre 567 pour celles de 2019. Soit une augmentation de 333 %.


« Manifestations en Haïti : leurs impacts sur les droits humains et l’obligation de l’État de protéger tous les citoyens », tel est le titre de ce rapport, de 37 pages, conjoint du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) des Nations unies et du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH) rendu public ce lundi 18 janvier 2021 tout en incluant en annexe la position du Gouvernement haïtien sur certains points de la question pour la période de juillet 2018 à décembre 2019.

À en croire les Nations unies, la population a été victime de plusieurs violations et abus aux droits à la vie et à la sécurité attribués aux gangs, à des individus armés non identifiés et aux membres des forces de l’ordre. Pour l’année 2018 seulement, le rapport fait état d’un total de 131 violations et abus au droit à la vie et à la sécurité de la personne lors des manifestations » et « 567 violations et abus pour celles de 2019 ». Le Service de droits de l’homme (SDH) du BINUH dit également avoir « constaté une augmentation de 333 % du nombre de victimes de violations de droits de l’homme et d’abus entre 2018 et 2019 ».

Pour la période du 6 juillet 2018 et le 10 décembre 2019, le BINUH/HCDH indique avoir documenté 171 violations du droit à la sécurité de la personne attribuables aux actions des autorités. Le rapport a fait remarquer d’une part, que le Corps d’intervention et de maintien de l’ordre (CIMO), l’Unité départementale de maintien de l’ordre (UDMO), la Brigade d’intervention motorisée (BIM) et la Brigade d’opérations et d’interventions départementales (BOID) ont été principalement déployés dans le cadre des manifestations sans oublier d’autre part, le soutien la Brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants (BLTS) et la Police frontalière terrestre (POLIFRONT).

D’après le rapport, les forces de l’ordre ont utilisé la force létale et ont « entrainé la mort de 60 personnes, dont sept femmes et deux mineurs, manifestants ou simples passants ». Pour ce qui est des tiers, le rapport du BINUH/HCDH indique avoir « documenté qu’entre le 6 juillet 2018 et le 10 décembre 2019, 73 personnes, dont quatre femmes et quatre mineurs, ont été tuées par des tiers, membres de gangs ou autres individus armés non identifiés ». Selon le rapport, qui a souligné le manque de progrès dans le dossier judiciaire relatif aux attaques de Bel-Air du 4 au 6 novembre 2019, « aucun membre de gangs n’a été traduit en justice pour les abus commis dans le cadre de manifestations ».

Pour ce qui est des violations attribuées à la PNH, le document a indiqué que l’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti (IGPNH), « a ouvert 48 enquêtes sur les agissements d’agents de la PNH » et que « trente-deux des 48 enquêtes étaient toujours en attente de complément d’information en décembre 2020 ». En guise de recommandations le rapport plaide, entre autres, pour la poursuite des « enquêtes sur les incidents survenus lors des manifestations qui se sont déroulées entre juillet 2018 et décembre 2019, en vue d'établir les faits, de garantir la responsabilité des auteurs et d’assurer la réparation du préjudice subi ».

Pour ce faire, le rapport pointe du doigt les commissaires du gouvernement, la Direction centrale de la Police judiciaire, et l’IGPNH. Pour les deux premiers précités, le rapport conseille d’enquêter « au sujet des allégations de financement illégal de gangs armés par des groupes associés à l’opposition et au pouvoir ». Sur la gestion de foule, le rapport recommande au Gouvernement de « doter la PNH de moyens matériels adéquats pour maintenir ou rétablir l’ordre public, notamment par l’utilisation appropriée d’armes moins létales ».

Contrairement au rapport qui dénonce le manque de progrès dans le dossier relatif aux attaques au Bel-Air du 4 au 6 novembre 2019, le Gouvernement haïtien a indiqué que selon la Direction centrale de la Police judiciaire que des « mandats ont été décernés, des avis de recherche ont été lancés et certaines personnes ont été interpellées et déférées par-devant les autorités compétentes ».

En ce qui a trait aux informations faisant croire que les forces de l’ordre ont entrainé la mort de 60 citoyens, le Gouvernement a en quelque rejeté cette accusation renvoyant la balle dans d’autres camps. « Pour parvenir à leur fin, certains secteurs politiques sont capables des pires manipulations, y compris en convoquant des manifestations publiques pour provoquer des troubles pouvant causer des morts d’hommes, en étalant sur la place publique des cadavres déterrés ou tirés des morgues », a indiqué le Gouvernement ajoutant que cela vise à décrédibiliser le pouvoir exécutif.

Faut-il signaler que, depuis un bon nombre de temps, plusieurs organisations de droits humains ont dénoncé le non-respect des principes de droits humains en Haïti ?

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7612]