RTPacific Contact Avis
 
30.61° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Cap-Haïtien : Batay ouvriye se prononce contre la nouvelle zone franche de Savane Diane

Cap-Haïtien : Batay ouvriye se prononce contre la nouvelle zone franche de Savane Diane



En dépit des grandes manœuvres de l'opposition politique, des grèves à répétition du secteur syndical et des prises de position de la société sur la fin de son mandat constitutionnel le 7 février 2021, le président Jovenel Moïse continue de diriger le pays et de prendre des décisions au nom de la République. La branche locale de Batay ouvriye, mouvement central dans la lutte syndicale en Haïti, conteste la présence de Jovenel Moise au Palais national et le considère comme un président de facto.

S'exprimant lors d'une conférence de presse le lundi 15 février dernier, les dirigeants de la branche nord du mouvement syndical Batay ouvriye, qui défend les droits des travailleurs et ouvriers haïtiens, continue d'exiger le retrait de Jovenel Moïse.

« Depuis son arrivée à la tête de l'État, les décisions adoptées par Jovenel Moïse vont à l'encontre des intérêts de la masse défavorisée », a déclaré Fanés Elusma, porte-parole de cette structure syndicale.

« Depuis 2018 la majorité du peuple haïtien a clairement exprimé son désaccord face à ses décisions anti-peuple. Dorénavant, le masque est tombé. Jovenel Moïse se présente comme un dictateur pour avoir pris des décrets et arrêtés antidémocratiques afin de se maintenir au pouvoir et de protéger les intérêts de son clan politique », a enchaîné M.Elusma.

« Batay ouvriye dit non aux arrestations arbitraires, à la mise en retraite des 3 juges de la Cour de cassation ( Joseph Mécène Jean-Louis, Wendelle Coq Thélot et Yvickel Dabrésil, n.d.l.r.) et à toutes autres formes de manœuvres intimidatrices visant à persécuter les adversaires politiques et tous citoyens protestant contre les dérives gouvernementales », a poursuivi M. Elusma, dénonçant au passage la main mise du Palais National sur la Police nationale d’Haïti et la justice ainsi que le fait de fédérer les gangs armés dans le but de terroriser et martyriser la population.

Parallèlement, le numéro 1 de Batay ouvriye dans le département du Nord avoue qu’il est choqué par la récente création d’une nouvelle zone franche à Savane Diane dans les communes de Saint-Michel de l'Attalaye (Artibonite), de Saint-Raphaël et de Pignon (Nord).

« Il est fondamental de comprendre que Jovenel Moïse n'a qu'une intention: liquider toutes les ressources du pays, les ressources minières et foncières aux capitalistes non nationalistes, afin que ces derniers perpétuent l'exploitation et la domination des travailleurs et répriment sauvagement les masses populaires qui ne sont pas d'accord avec leurs vieux projets anti peuple », a déclaré Fanès Élusma. Les dirigeants départementaux de Batay ouvriye affirment être contre la restauration de la dictature en Haïti.

En ce sens, ils encouragent toutes les forces vives de la Nation à poursuivre la mobilisation pour fait échec au plan de Jovenel Moïse qui entend instaurer la dictature en Haïti avec le soutien d'une frange de la communauté internationale dont le Core group, l'OEA, l'ONU et les ambassades qui supportent aveuglément Jovenel Moïse.




Articles connexes


Afficher plus [7775]