RTPacific Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Jean Léopold Dominique, 21 ans après !

Jean Léopold Dominique, 21 ans après !



Aujourd’hui, vingt-et-un ans après l’assassinat de Jean Dominique et de Jean Claude Louissaint, l’enquête se poursuit encore. Les auteurs de ces deux meurtres ne sont toujours pas punis.

« Plus que jamais, on doit se mobiliser pour exiger le respect des droits de l’homme », affirme Marie Rosie Auguste Ducenat. Selon elle ces 21 ans d’impunité sont à la faveur des criminels qui ont commis et qui continuent de perpétrer des crimes odieux au sein de la société. « Quand dans un pays, l’appareil judiciaire, qui devrait être un appareil répressif, est tellement permissif avec des bandits qui tuent sans arrêt, le résultat est cette réalité qu’on connaît aujourd’hui avec la gangstérisation partout dans le pays où des bandits kidnappent, violent rançonnent et assassinent », déplore la défenseuse des droits humains. Le Réseau national de défense des droits humains continue de demander justice pour tous ceux qui, comme Jean Léopold Dominique, sont tués par des criminels a fait savoir la responsable de programme du RNDDH, Madame Ducenat

Pour sa part, le secrétaire général de l’Association des journalistes haïtiens (AJH), Jacques Desrosiers, préfère garder le silence. En effet, contacté par téléphone et interrogé à ce sujet, il a répondu que : « cette année, nous ne tenons pas à parler de Jean Léopold Dominique ».

De son côté, le président de l’Association nationale des médias haïtiens, Jacques Sampeur, parle aussi de l’impunité qui selon lui est une excuse politique au même titre que le crime. Il faut se réveiller et se battre pour qu’il y ait un État de droit dans ce pays a fait savoir le président de l’ANMH qui espère que la justice se fera un jour. « L’impunité est une culture. On la cultive pour nous faire peur, nous faire taire. » 21 ans après, on demande justice pour Jean Léopold Dominique alors qu’aujourd’hui encore, des personnes sont assassinées, se plaint-il.

D’après lui, l’affaire Jean Léopold Dominique n’est toujours pas révolue parce qu’après tout ce temps, les gouvernements qui se sont succédé ne permettent pas que le meurtre de Jean Dominique soit résolu pour ne pas briser ce cercle vicieux, où au fil du temps, chaque gouvernement a fait ses propres victimes, ses propres crimes économiques et financiers. « Il faut une cassure à cette réalité », pense-t-il.

Jacques Sampeur a également ajouté que ce dossier n’avance pas non plus parce qu’en Haïti, la politique se mêle de tout. Pour lui, la justice haïtienne ne jouit pas vraiment de cette indépendance que prévoit la loi. Par conséquent, on ne peut pas imputer le non-avancement de l’enquête sur l’assassinat du directeur de la radio Haïti Inter à la justice et faire croire que les autorités judiciaires ne font pas leur travail. « Il n’y a ni volonté, ni structure pour que s’établisse un État de droit dans ce pays », a fait savoir Jacques Sampeur qui affirme que tout le monde devrait avoir le droit à la sécurité dans ce pays.

Geneviève Rose Murdith Joseph




Articles connexes


Afficher plus [7757]