S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Redécouvrir l’album « August 1791 » du groupe RAM

Redécouvrir l’album « August 1791 » du groupe RAM









Après « Ayibo » en 1993, « Puritan vodou » 1997, « Kite yo pale » 2000, « Madi gra » 2001, « Le jardin » 2004, « Manman m se ginen » 2016, le groupe RAM, mené par le couple Lunise et Richard Morse, vient de proposer à l’appréciation de leurs fans leur septième album August 1791. Cet album contient douze titres et a mis une année de préparation.

Redécouvrir l’album du groupe vaudou rock RAM c’est entrer de plain-pied dans l’univers du vaudou. Un mélange sulfureux de rythmes folkloriques Petro, kongo, ibo, merengue transpirent dans les douze morceaux. Il s’agit de : « Dambala eloue », « Negrès katye Moren », « Otsya », « Dominikani », « P ap jan m bliye », « Seyiko », « sen Jak majè », « Dahomen dako », « Kongo », « Ede m priye », « Maledve », « Feray », « Sanble gad sa nou we », « Mwen se towo Ayiti a nou ye. » Ce sont toutes des chansons engagées composées en l’honneur des dieux tutélaires d’Afrique et de certains saints de la religion catholique. Inspirés du vaudou et des évènements qui ont marqué notre vie de peuple, ce septième opus est à découvrir. D’ailleurs, August 1791, le titre de l’album fait référence à ce rassemblement historique et politique qui s’est déroulé sous la houlette de Boukman, un clocher à l’Acul-du-Nord les 14 et 15 aout 1791. Cet évènement politique de grande importance allait annoncer le soulèvement des esclaves dans la colonie de Saint-Domingue.

L’album est dédié à la mémoire d’Émerante des Pradines Morses, grande dame de la chanson folklorique haïtienne disparue en 2017. Le groupe dans son ensemble lui a rendu un hommage posthume à travers la chanson : « Negrès katye Morin ». La plupart des chansons sont interprétées par Lunise Morse. Et, William Morse le fils de Richard et Lunise est à la guitare dans plusieurs compositions. Le premier morceau de cet opus recontextualise musicalement une scène de la cérémonie vaudou. « Dawomen dako » illustre à bien des égards des faits se rapportant à un pacte entre Haïtiens et Africains. Voilà tout un ensemble de chansons qui charrient des messages importants nous invitant à continuer à vivre sans oublier notre passé qui est souvent une leçon pleine de grandeur et d’actions héroïques.

Schultz Laurent Junior



Articles connexes


Afficher plus [3370]