S'identifier Contact Avis
 
23° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le collège mixte Lamarinière en route vers ses cinquante ans

Le collège mixte Lamarinière en route vers ses cinquante ans








Le collège mixte Lamartinière, fondé en 1969 par l’éducateur Ramsès Camy, organise un ensemble d’activités pour célébrer ses cinquante ans. Déjà au cours du dernier trimestre de l’année 2018, mise à part une célébration eucharistique déroulée dans l’enceinte de l’église du Sacré-Coeur de Turgeau en présence des parents, d’anciens et nouveaux élèves, du personnel de la direction et du corps professorat et des représentants des écoles avoisinantes, une journée du livre a été organisée au local de l’institution, le 5 décembre 2018, avec la participation de plusieurs auteurs de la scène littéraire haïtienne.

Dans la cour du collège, une atmosphère festive traversait les lieux en cette fin de matinée du mercredi 5 décembre 2018. Élèves, professeurs et membres de la direction ne pouvaient contenir leurs joies et leurs émotions. Les éditions C3 étaient là. Elles ont présenté quelques-uns des ouvrages de son catalogue en attendant une causerie qui allait être animée par William Saint Cyr, Illéus Papillon, Jacques Adler Jean Pierre et Viviane Gauthier, l’auteure du roman « Ella. » La causerie, selon Lord Edwin Byron, sera axée sur l’importance de la lecture dans la promotion des valeurs citoyennes.

Marie Joseph Camy, docteure en médecine, licenciée en science de l’éducation avec une spécialisation en gestion et administration scolaire, fille de feu Ramsès Camy et directrice du collège, a expliqué, au journal Le National, ce que représentent ces cinquante ans dans la vie de l’institution. « Ses cinquante ans dans la vie du collège Lamartinière représentent beaucoup pour nous. Nous avons fait pas mal d’expériences en passant par les bons souvenirs et d’autres, malheureux. Et Dieu seul sait tout ce que nous avons enduré pour former plusieurs générations pour ce pays qui est le nôtre. C’est pourquoi toute l’année 2019 sera dédiée à notre école non seulement pour fêter ses cinq décennies dans l’humilité, mais encore pour nous souvenir de Ramsès Camy qui a passé plus de soixante ans de sa vie dans l’éducation en Haïti. Nous avons déjà eu une messe d’action de grâce, et aujourd’hui, il y a cette foire littéraire pour porter nos écoliers à faire du livre leur meilleur ami. Puis le 15 décembre, il y aura le « Festival cinquante ans » avec des artistes et certains DJ du pays.

Éducatrice, elle a souligné que tout n’est pas perdu dans le pays dans le domaine éducatif. « Tant qu’il y aura des parents qui se soucient de l’éducation de leurs enfants et qui assument leurs responsabilités, il y a encore de l’espoir », soutient-elle. « Comme disait mon feu père, il y a tout un ensemble d’ingrédients qu’il faut ajouter pour avoir une bonne préparation de la nourriture : les parents, les professeurs et l’école. Si l’on ne met pas les condiments nécessaires, le met sera sans saveur. L’éducation a beaucoup d’importance dans n’importe quel pays. S’il n’y a pas d’éducation dans un pays, ce pays est voué à l’échec », avait dit un jour Nelson Mandela. Marie Joseph Camy en a profité pour expliquer qu’un ensemble d’activités parascolaires est mis au profit des apprenants. En plus des laboratoires de chimie et de physique, l’école dispose des terrains de jeu, d’une bibliothèque et il y a dans le cursus scolaire des cours de danse et de théâtre. Elle a souligné au passage que l’école fait partie du réseau des écoles associées de l’UNESCO depuis plus de vingt ans et veut investir dans des activités philanthropiques comme offrir des livres à la bibliothèque de Cité Soleil et d’assister des démunis à Ravine Diable où les gens vivent au jour le jour dans la précarité.

Nombreux sont les élèves et anciens élèves à témoigner de l’affection qu’ils portent à l’institution. Gaëlle Holdine Joseph, Olivier Guillaume, Falonne Eddyna Orvilus, Carl Junie Burin, Sébastien Christophe Nicolas ont chacun à tour de rôle exprimé leur amour envers la directrice qu’ils considèrent comme une seconde mère. « Je rends grâce à la vie qui m’a permis de fréquenter cette institution. Ici au collège Lamartinière, il y a un grand sentiment d’amour et de partage. C’est notre deuxième maison. Et le coeur de notre directrice pleine de compassion est une nappe infinie de bonté et de tendresse », a renchéri l’un d’eux.

Schultz Laurent Junior



Articles connexes


Afficher plus [3362]