S'identifier Contact Avis
 
24.44° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Quand Follow Jah fait danser le public éclectique de Karibe à l’ouverture du Pap Jazz de Port-au-Prince

Quand Follow Jah fait danser le public éclectique de Karibe à l’ouverture du Pap Jazz de Port-au-Prince








La bande à pied Follow Jah a mis des fourmis dans les jambes de l’assistance multiculturelle à l’hôtel Karibe Convention center, samedi 19 janvier 2019, lors du spectacle d’ouverture de la 13e édition du festival international de Jazz de Port-au-Prince.

Ils étaient nombreux les fans de jazz, simples curieux ou amants de la bonne musique à faire le déplacement pour jouir des bonnes notes d’Antonio Serrano, l’harmoniciste espagnol, représentant de L’Espagne, pays à l’honneur du festival cette année, de Terrence Blanchard, de Sony Trompé, et sa bande le collectif ADD2 qui a bercé le public avec une présentation accompagnée de textes, et de multiples solos de pianos, de batterie, de saxophones sous un air caribéen.

Cependant, la prestation de Follow Jah, bande à pied, qui a pris naissance dans la commune de Pétion-Ville, en 2001, a électrifié le public composé de plusieurs nationalités, ils dansaient tous sur le rythme du rara, au Karibe. Cette prestation était venue comme du piment dans un plat qui était à quelques moments de la durée un peu froide. Bien habillés avec des costumes traditionnels, musiciens et autres de la bande ont su attirer l’attention de plus d’un avec une animation époustouflante au son du rara et également leurs déguisements en styrofoam, sachets en plastiques, avec des messages très lisibles, tels : « Pa koupe bwa », « lanmè se sous lavi », « Aba bwat manje », « An n plante Pyebwa » dans des pancartes qu’ils tenaient en main, ils donnaient non seulement de l’ambiance, mais affichaient également le message éco-citoyen. Car les dirigeants de la Fondation Haïti Jazz et ses partenaires placent cette 13e édition sous le thème de l’éco-responsable.

Le chevronné Jazzman, Mushy Widmaïer qui pratique le jazz, depuis plus de 40 ans, dans une entrevue accordée au journal, estime que la présence de Follow Jazz a apporté la saveur du créole-jazz dans cette édition, car, dit-il, les musiciens comme Frantz Courtois, dont sa soeur, Michaelle Courtois, ont reçu une récompense de la part de Milena et Joël, deux dirigeants de la Fondation Haïti pour leurs multiples travaux dans l’implantation du jazz dans le pays, Frank Étienne, Syto Cavé, Herby Widmaïer, son père, Raoul Guillaume, Gérald Merceron, Réginald Policard, selon lui, pratiquaient ce qu’il qualifie d’une sorte de créole Jazz.

Par ailleurs, l’interprète de l’album jazzé « My World » soutient que lui et les musiciens comme Réginald Policard, Joël Widmaïer et d’autres musiciens, avec ces différents festivals de jazz, ont pour objectif de placer le créole Jazz dans un niveau international avec air caribéen. Puisque, poursuit-il, la musique haïtienne est très riche avec sa très grande diversité, elle mérite d’être mieux exploitée.

Le pianiste a, d’un autre côté, qualifié la présence d’un harmoniciste de la trempe de Antonio Serrano, qui est considéré comme l’un des plus grands harmonicistes du moment, tel un cadeau pour le pays dans cette 13e édition du Festival international de Jazz de Port-au-Prince.

Eguens Renéus



Articles connexes


Afficher plus [3878]