S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Antonio Serrrano et Émile Parisien chatouillent les oreilles des jazzophiles à l’IFH

Antonio Serrrano et Émile Parisien chatouillent les oreilles des jazzophiles à l’IFH



Mardi 22 janvier 2019, 19 h, le public s’agrandit, tout est en place, tous les sièges sont déjà pris, chacun essaie de trouver un espace pour vivre la soirée, le directeur de l’Institut français en Haïti (IFH), Jean Mathiot prend le micro pour annoncer la montée sur scène de Antonio Serrano en première partie.

Très serein, l’harmoniciste prend place en saluant le public en anglais et la sérénade commence avec un morceau d’une durée de 5 minutes, déjà le public est en extase, sous le charme, du musicien qui possède une très bonne maitrise de son instrument. Les applaudissements fusent du côté du public, traduisant leur appréciation pour le spectacle proposé.

Tout de suite après, le musicien enchaine les morceaux les uns après les autres avec des solos offerts par chacun de ses musiciens, la musique de Antonio Serrano est d’une douceur à chaque fois qu’on pense que c’est la fin, elle recommence pour un autre voyage dans son univers musical, un univers de bonnes notes musicales bien agencées, avec une complicité sans égale entre les musiciens, un simple regard suffit pour la compréhension du langage de chacun d’entre eux.

Quand le natif de l’Andalousie prend le micro pour annoncer sa dernière prestation de plus d’une trentaine de minutes, le public n’a pas l’air content, finalement l’un des plus des grands musiciens de Jazz du moment offre sa dernière prestation à l’assistance composée de toutes catégories de personnes, dont les ambassadeurs de l’Argentine en Haïti, Pedro Von Eyken et celui de l’Espagne, Pedro José Sanz, pays à l’honneur dans le festival salue le talent et la capacité de l’harmoniciste avec des applaudissements nourris.

Au moment de l’interlude, en attendant de la montée sur scène du Français Émile Parisien. Le journal s’est entretenu avec l’ambassadeur d’Espagne. Le diplomate s’est réjoui de la prestation de Antonio Serrano qu’il qualifie comme une icône du jazz espagnol. « Je suis très heureux de voir l’énorme talent de l’harmoniciste qui a pu représenter l’Espagne avec honneur et mérite à cette 13e édition du festival international de Port-au-Prince », a renchéri le diplomate.

Par ailleurs, le représentant de l’Espagne en Haïti révèle qu’en Espagne le jazz flamenco, qui est un mélange du jazz contemporain avec les couleurs rythmiques du pays, est très populaire. Il a aussi souligné, la culture haïtienne et celle de l’Espagne ont une certaine similitude, car, dit-il, on sent un peu de créole jazz dans le jazz espagnol.

Et voilà, la deuxième manche démarre avec Émile Parisien, le saxophoniste Alto, compositeur de jazz, qui se dédie à la musique, depuis ses 11 ans, il commence sa série avec une odeur suave comme l’eau qui coule dans la gorge d’une personne assoiffée. Lui et ses musiciens emmènent le public dans un voyage musical sans précédent avec un menu composé de musiques suaves et rythmées. Le primé du jazz à plusieurs reprises aux victoires de jazz, accompagné de son quartet, a su trouver la bonne formule pour plaire à un public qui était venu écouter de la bonne musique dans la cour de l’Institut français. Au terme du concert, le public composé en majorité de jeunes n’a pas caché leur satisfaction aux deux prestations proposées.

Eguens Renéus




Articles connexes


Afficher plus [4158]