S'identifier Contact Avis
 
24.44° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Clôture de la 13e édition du PAPJAZZ

Clôture de la 13e édition du PAPJAZZ








Le ministère de la Communication et de la Culture a décerné une plaque d’honneur aux organisateurs du PAP JAZZ 2019 pour le haut standard du festival clôturé le samedi 26 janvier 2019 sur la scène Heineken de l’hôtel Karibe avec un spectacle réunissant la violoniste, à la voix chaude Chelsey Green, l’auteur-interprète Joss Stone et le quintet DAM’NCO.

43 concerts, 200 artistes ont été impliqués dans le déroulement de la 13e édition du Festival international qui a été un succès pour les organisateurs, ainsi que les partenaires publics, dont le ministère du Tourisme. Le ministère de la Culture, par le biais de son représentant, Pradel Henriquez, chef du cabinet du ministre Jean Michel Lapin, a étiqueté le festival d’un spectacle de haut niveau. « J’ai voyagé dans plusieurs pays à travers le monde pour assister à des spectacles, celui du PAPJAZZ 2019 n’a rien à envier à un spectacle de haut niveau », a lâché l’ancien directeur général de la RTNH, avant d’inviter Stéphanie, l’un des employés du ministère, à lire le contenu de la plaque qui s’intitule ainsi « Ministère de la Culture et de la Communication honneur et mérite à la Fondation Haïti Jazz, pour sa grande rigueur professionnelle, et sa précieuse contribution à l’évolution du Jazz en Haïti, Port-au-Prince le 26 janvier 2019, Jean Michel Lapin, ministre ». Ensuite, il a demandé au public de se mettre debout pour ovationner les organisateurs.

Intervenant également comme partenaire du Festival, la titulaire du ministère du Tourisme et des Industries créatives (MTIC) a fait ressortir l’impact de ses différentes délégations qui ont séjourné dans le pays, pendant plusieurs jours, qui seront des potentiels ambassadeurs pour le pays, au retour dans leurs pays d’origine, Marie Christine Stephenson a félicité les organisateurs, institutions, et le public qui ont fait montre de gentillesse, d’hospitalité, envers ces étrangers, de plus d’une dizaine de pays. « La créolité d’Haïti a été, une nouvelle fois, exposée aux yeux du monde entier, du point de vue positif », a-t-elle soutenu.

De son côté, Joël Widmaïer, directeur artistique du festival, n’a pas caché son émotion et sa satisfaction pour le bon déroulement du festival. Cette manifestation culturelle est le résultat d’un partenariat public-privé, a-t-il affirmé, car les autorités étatiques à travers les ministères de la Culture, du Tourisme et de la BHH ont contribué au moins à 25 % dans le déroulement du festival, sans l’apport du gouvernement, le festival n’aurait pas lieu, a reconnu le chanteur du groupe Zèklè au cours d’une entrevue accordée au journal après la prestation de Joss Stone.

Côté musical, l’Américaine Chelsey Green a offert à l’assistance une prestation hors pair avec son violon, accompagné de son claviériste, batteur et son guitariste avec une complicité impayable. Ils ont offert de la bonne musique aux tympans des mélomanes. Enveloppée dans sa belle robe bleu marine, l’artiste, à la voix chaude, a fait chanter son violon, comme un perroquet. Avec sa voix grave et suave et d’une bonne tonicité, elle a salué le public, elle a salué l’équipe de l’Ambassade des États-Unis qui lui a permis d’avoir une semaine magnifique dans le pays.

Comme d’habitude, Follow Jah a apporté la saveur locale du concert, le rara haïtien qui est un plat créole offert aux différentes nations réunit pour jouir le spectacle de fermeture du Festival. Après l’interlude assuré par Follow Jah, la gentille et l’amusante artiste Joss Stone, qui s’est invitée elle-même à la 13e édition du festival, accompagnée de son guitariste, a ravivé le public avec plusieurs titres de son répertoire. L’honorée d’un Grammy Awards et d’un Brit Awards a été sublime dans ses tours de chants, à chaque fois le public réclamait un titre non encore interprété. Celle, qui a joué dans 130 pays, avec une carrière qui s’étend sur 17 ans, a su utiliser son charisme pour apprendre quelque mots de notre créole, comme : « Mèsi Anpil », Mwen renmen w, qu’elle n’a pas pu bien dire, pendant tout le temps imparti à sa prestation.

L’artiste soul, qui a au moins 7 albums à son actif, a laissé le podium pour être plus près du public qui lui a offert plusieurs bouquets de fleurs.

La dernière soirée du Festival de jazz a été bouclée par l’électrique quintet DAM’NCO qui évolue dans un registre éclectique, ces messieurs ont fait bougé le public mélomane du Karibe avec des notes musicales assez bien ajustées, tout en respectant leur philosophie de groupe de funk qui joue de la valse, mazurka, du hip hop, et de l’afro/ funk.

Eguens Renéus



Articles connexes


Afficher plus [3878]