S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Un mariage entre femme et pouvoir au musée des Premières dames d’Haïti

Un mariage entre femme et pouvoir au musée des Premières dames d’Haïti








Hommage à Lucienne Heurtelou Estimé ancienne Première dame (15 août 1946 au 10 mai 1950) et première femme ambassadeur d’Haïti, assassinée le 19 mai 2006 à Pétion-Ville.

Quand les parents devront choisir des prénoms pour leurs filles, il ne suffit pas de composer ou de retenir des prénoms célèbres au cinéma ou récupérés dans l’histoire, la littérature et/ou les mythes de toutes sortes. Il existe un nombre de prénoms féminins qui sont devenus au fil des temps des références de puis¬sance, de pouvoir et d’excellence.

Être Première dame, c’est confirmer une nouvelle forme d’autorité tant sur le président de la République que sur toutes les autres femmes du pays et les familles qui vont choisir de donner à leurs filles, ce prénom féminin de la chance, complice de l’excellence.

Musée des Premières dames d’Haïti : une autre manière de voir les femmes !

Martine, Ginette, Sophia, Élisabeth, Cé¬lima, Mildrède et Guerda sont les sept derniers prénoms de Premières dames haïtiennes, épouses respectivement des sept derniers chefs d’État haïtiens au cours des dernières décennies. Qu’est-ce qu’elles ont en commun en terme d’expériences ou de maturité politique, de militance et de complicité auprès de leurs maris ? Existe-t-il un profil type pour devenir Première dame ? Quelles sont ces femmes qui auraient pu mieux jouer le rôle politique que leurs maris, chefs d’État ?

Un musée des Premières dames en Haïti, pour explorer la profondeur ou la pertinence de la contribution de ces femmes dans l’essor de ces hom¬mes d’État. Cet équipement culturel doit aussi servir de fenêtre ouverte sur l’éducation des filles et des femmes aut¬our de l’esprit d’équipe, l’engagement et la réussite collective dans les couples.

Dans le musée des Premières dames d’Haïti, il existe différentes manières de voir, d’apprécier, d’admirer, de con¬templer et de découvrir dans un angle nouveau les femmes les plus puis¬santes d’Haïti. Comment permettre aux jeunes filles d’aujourd’hui de prof¬iter des conseils et de l’expérience de ces femmes d’expériences puissantes et influentes ? Quels sont les qualités ou les défauts de ces femmes d’État ? Que retiendra-t-on à la fin de ces Premières dames à la sortie du pouvoir ? À quand une législation sur le statut définissant les droits et les privilèges régaliens des Premières dames en Haïti ?

Musée haïtien des Premières dames : des portraits et des parcours, des partenaires et des profiteuses !

Pour créer ce musée, il faudra obliga¬toirement passer par la constitution des collections à présenter au grand public. Qu’est-ce que les gens aimeraient voir autour de ces femmes qui ont presque tout eu et vu dans leur vivant ? Com¬ment trouver un moyen pour placer Ertha Pascal Trouillot, la première femme présidente d’Haïti dans ce mu¬sée ? Comment placer dans ce musée, les femmes dans l’ombre, mais très in¬fluentes, qui dirigent chefs d’État ?

Dans la liste des choses à compiler et à compléter pour alimenter les pro¬chaines expositions, on peut citer : des photos souvenirs et des images offici¬elles de ces femmes, des objets qu’elles ont portés dans des cérémonies offici¬elles comme des robes, des chapeaux, des bijoux, quelques-uns des cadeaux reçus au nom de la République lors des visites et des voyages officiels.

Une reproduction de la célèbre robe (bleu et rouge) de l’actuelle Première dame, Martine Moïse portée lors de la cérémonie du 7 février 2017, mériterait bien une place dans ce musée sur la mode et le style, l’élégance ou les ten¬dances des Premières dames. À visiter la page des Premières dames d’Haïti sur le lien :https://www.haiti-reference. com/pages/plan/histoire-et-societe/ notables/premieres-dames-dhaiti/

Les plus anciennes images de ces femmes dans leur jeunesse, accompag¬nant leur compagnon, cet ami devenu mari puis président de la République, seront les bienvenues. Les premières correspondances d’amour de ces jeunes couples, les photos de familles, les pho¬tos prises dans les moments d’épreuves, lors des campagnes électorales et les échanges de cadeaux, sont autant d’éléments qui pourraient accompag¬ner la documentation et les témoignag¬es lors de la prochaine exposition. Une façon manifeste de justifier que ces femmes ne sont pas là par hasard et qu’elles méritent bien cette place aux côtés du premier citoyen.

Musée des Premières dames d’Haïti : un mariage entre femme et pouvoir, entre militance et chance !

Quelle chance pour ces dames d’avoir gagné à la loterie, en épousant respec¬tivement les hommes qui allaient deve¬nir le premier citoyen de la République. Quelle chance pour ces hommes égale¬ment d’avoir fait choix de ces femmes complémentaires, disposant assez de valeurs ajoutées pour les aider dans un sens ou dans un autre à matérialiser leurs rêves et projets politiques.

Qui sont ces femmes devenues Pre¬mières dames ? Comment les classer en fonction de leurs origines sociales et de leurs statuts professionnels ? Com¬ment mesurer les véritables contribu¬tions de ces femmes dans le bien-être et l’accomplissement politique de leurs époux ? Quelles sont les plus influen¬tes des Premières dames haïtiennes ? Quelles sont les femmes qui sont de¬venues premières dames en cours de route particulièrement avec le prési¬dent Préval ?

Musée des premières dames d’Haïti : des femmes épouses de chefs d’État nées à l’étranger !

Marie-Madeleine (Joute) Lachenais est née en République dominicaine (Partenaire d’Alexandre Pétion et de Jean-Pierre Boyer), Rosa Lévy (Ré¬publique dominicaine) épouse de Da¬vilmar Théodore, Sophia Saint-Rémy Martelly (New York), Pauline Stratt¬man Domingue (Curaçao), Mildrède Trouillot Aristide (New York), Margue¬rite Loravana McIntosh/Fabre Nicolas Geffrard (Jamaïque), sont les quelques profils retenus. Une dimension très im¬portante à prendre en compte avant, pendant et après les élections.

Quelles sont les figures politiques im¬portantes sur la scène et les potentiels candidats aux prochaines élections pré¬sidentielles en Haïti dont leurs épouses ne sont pas de nationalité haïtienne ? Quel poids une telle réalité pourrait jouer positivement ou négativement dans la balance des négociations poli¬tiques au sein des partis ou psycho-socioculturelles dans les votes des femmes majoritaires actuellement ?

Musée haïtien des Premières dames : cartographie de l’originaire de ces femmes de la capitale à la province !

La majorité des Premières dames haï¬tiennes répertoriées sur le site « Haïti- Référence », sont originaires de plu¬sieurs villes de provinces, en dehors de celles qui ne sont pas nées en Ha¬ïti. Comment éduquer les filles et les femmes de nos jours à s’investir corps et âme pour compléter l’ambition ou le succès du couple comme ce fut le cas des modèles tels que : Barack/Michèle Obama, Emmanuel/Brigitte Macron, Michel/Sophia Martelly, Jovenel/Mar¬tine Moïse ?

Des Premières dames originaires du Grand Nord : Marie-Louise Coidavid épouse de Henri Christophe est née à Ouanaminthe, Marie Louise Céles¬tina Pierrot épouse de Pierre Nord Alexis est née au Cap-Haïtien, Geor¬gina Saint-Aude épouse de Élie Lescot est originaire de Port-de-Paix com¬me, Lucienne Marie Thérèse Parisien (Cap-Haitien), Rose Joséphine Laroche épouse de Cincinatus Leconte est née au Cap-Haitien comme l’épouse de Paul Eugene Magloire, Yolette Marie Anne Leconte.

Dans la liste des premières dames orig¬inaires du grand Sud, on retient : Mir¬lande Manigat originaire de Miragöane,
Isaure Marion épouse de François De¬nis Légitime est née à Jacmel. Quelles sont ces autres femmes nées dans la province dont les extraits des archives sont enfuis dans les boites ?

Les premières dames originaires du département de l’Ouest sont : Ma¬rie-Claire Heureuse Bonheur Fé¬licite épouse de Jean Jacques Des¬salines est originaire de Léogâne, Camen Jean-François épouse de Daniel Fignolé originaire de Croix-de-Bouquets, et Elizabeth De¬brosse-Delatour troisième épouse du président Préval est née à Ken¬scoff. Quels sont les départements géographiques du pays qui n’ont pas encore eu une de leurs filles dev¬enues Première dames ?

La capitale en marche continue vers le pouvoir : la Première dame Mar¬tine Moïse épouse du président Jo¬venel Moïse, comme Guerda Ben¬oit/René Préval, Ginette Michaud/ Jocelerme Privert sont toutes des natives de Port-au-Prince. Faut-il déduire que les femmes originaires de la capitale sont plus que déter¬minées à mobiliser tous les saints et implorer tous les dieux pour voir leurs maris au pouvoir ?

Rendez-vous au prochain musée des Premières dames en Haïti, où l’on aura certainement la possibilité de participer à une soirée de levée de fonds organisée par ces femmes très puissantes, actuelle et anci¬ennes Premières dames qui vont servir de leur aura pour appuyer la reconstruction des bâtiments des écoles de filles ou la qualité de l’éducation de ces dernières dans le pays, notamment le lycée Marie- Jeanne et le lycée du Cent Cinquan¬tenaire.

Quelles sont les écoles ou les uni¬versités haïtiennes qui fournissent le plus grand nombre d’anciennes Premières dames ou d’épouses d’hommes d’État ? Un bel objet d’études qui pourrait se traduire à travers une exposition dans le mu¬sée. À quand une première dame qui va se consacrer à l’éducation des filles en Haïti ? Femme et poli¬tique, éducation et culture en Haïti : quelle exposition possible dans un musée ?

Dominique Domerçant



Articles connexes


Afficher plus [3965]