S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Carnaval national : les lakous et les autres sites patrimoniaux seront valorisés

Carnaval national : les lakous et les autres sites patrimoniaux seront valorisés








Les projecteurs culturels seront braqués sur les lakou souvnans, Badjo, Soukri et autres sites touristiques et culturels pour la réalisation des festivités carnavalesques pour une deuxième fois en cinq ans dans la ville des Gonaïves, les 3, 4 et 5 mars prochain.

Par cette initiative, les membres du comité, fraîchement présentés le jeudi 31 janvier 2019, comptent valoriser tous les espaces culturels de la ville de Maurice Sixto, de Jacques Stephen Alexis, d’Edriss Saint-Armand, en mettant l’accent sur le talent et le savoir-faire des jeunes de la ville, la gastronomie de la ville, principalement l’un de ses produits endémiques (une variété de sorgho couramment appelé « Pitimi chandèl ), a annoncé le président du comité du carnaval 2019, Jean Yves Jason.

D’un autre côté, l’ancien maire de la ville de Port-au-Prince avoue son bonheur de présider ce comité. Il croit que la présence du directeur du Bureau national d’ethnologie, Erol Josué, en tant que directeur artistique est un atout, pour le staff, car, il est un habitué de la ville des Gonaïves, et connait en outre très bien le département de L’Artibonite.

Pour sa part, le titulaire du ministère de la Culture, Jean Michel Lapin a d’entrée de jeu mis l’accent sur l’aspect économique du carnaval, qui selon lui, est une activité génératrice de revenus et d’emplois quoique à courte durée et que l’État a la lourde responsabilité de le gérer avec fermeté. Ainsi a-t-il accentué sur la nécessité des acteurs du carnaval d’honorer leurs redevances fiscales envers la Direction générale des impôts avant et après l’organisation des festivités carnavalesques.

Le ministre s’est servi du thème du carnaval national « An n chita pale pou Ayiti », pour sensibiliser les différents acteurs de la vie nationale à prendre le chemin du dialogue qui est à son avis l’une des voies pouvant acheminer le pays vers le chemin de la croissance et du même coup éviter qu’il soit en mauvaise posture dans certains classements internationaux. Sans citer le dernier rapport de l’organisation Transparency International, où Haïti occupe la dernière place.

D’un ton encore plus ferme, l’ancien DG du ministère de la Culture a insisté sur les aspects culturels et artistiques du carnaval qui est l’une des fêtes nationales à laquelle les meilleurs groupes musicaux sont invités à offrir de magnifiques défilés artistiques, à vendre leurs potentialités aux touristes nationaux et internationaux, même en sachant, précise-t-il, que tous les groupes musicaux ne pourront pas y participer.

Jean Michel Lapin a conclu son intervention, sur l’aspect politique du carnaval, permettant à l’État de mieux orienter sa politique culturelle, en accentuant sur des éléments culturels, tels la gastronomie, la danse entre autres qui sont des leviers sûrs à la croissance économique du carnaval. La présence des femmes est notamment considérable dans la formation du comité a indiqué le ministre, qui a salué la déclaration du président de l’Assemblée nationale également sénateur de l’Artibonite qui a souligné l’aspect inclusif du carnaval.

Notons que le comité du carnaval national de cette année est présidé par Jean Yves Jason, président, Albert Chancy, vice-président, Altagrâce Hippolyte Élie, secrétaire général, Erol Josué directeur artistique, Emmelie Prophète responsable de la communication, Fred Lizaire responsable des animations musicales, Jean Laury Luc trésorier, Yves Penel co-responsable artistique, Philippe Dodard 2e co-responsable artistique, un représentant de la Présidence, un représentant de la Primature, un représentant de la ville des Gonaïves, Andy Durosiers directeur général du ministère du Tourisme et 2 anciens ministres de la Culture, Josette Darguste et Johanne D. Rathon.

Eguens Renéus



Articles connexes


Afficher plus [3965]