S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
45 soldiers : une meringue qui interpelle

45 soldiers : une meringue qui interpelle








Le carnaval haïtien, né de la culture paysanne, est l´image la plus exacte de cette culture populaire qui englobe à la fois les formes et les expériences vécues du peuple et d´autres qui sont produites pour lui par les détenteurs du pouvoir et par les industries culturelles. Le carnaval haïtien est lié à ces évènements qui ont marqué nos vies, notre existence, il véhicule une information, constitue pour les faibles, les pauvres, les musiciens, les jeunes un moyen d´expression, y compris d’expression critique et contribue à former l’opinion populaire.

« Si on veut connaître un peuple, il faut écouter sa musique » (Platon)

Le renversement de la dictature des Duvalier dans les années 1985-1986 et les luttes de pouvoir qui s’ensuivirent dans l´élite, le peuple et l´armée (1987-1995) en dehors des hauts moments de terreur de l´ère de Duvalier père constituent entre autres des faits marquants qui ont su animer la plume des artistes et des groupes de ces époques. Beaucoup de groupes, même aux heures les plus sombres, à l´époque du carnaval, de par leur hargne et leurs diatribes envers les dirigeants de ces époques-là, ont su gagner le respect et la confiance du peuple. La rue a fini par faire passer leurs messages, la rue : le décor idéal pour dire tout haut ce qu’on a pris soin de susurrer, de murmurer entre les murs durant toute une année. Le carnaval, musique populaire urbaine, se retrouve toujours au coeur des revendications de ce peuple même si à ses prémisses, il constituait une grande réjouissance populaire au cours de laquelle les groupes jouaient leurs « ochan » au maire et au président.

Martin Valente, un journaliste français eut à affirmer un jour : « Au-delà des mots, la musique a l’avantage d’être beaucoup plus directe émotionnellement ». Le carnaval haïtien rejoint cet ordre d´idée et se veut une succession de « chan pwen », une chanson qui censure, récrimine, critique et dénigre.

Quelque part, dans un coin d´Haïti, un groupe de Jacmel très connu, qui joue du rap et d’autres styles de musique liés à la culture haïtienne, dénommé 45 Soldiers, emmené par Prestans Dougé Williamson, Sanon Freedy, Désiral Jony et Veillard Clerval nous a sorti pour la saison carnavalesque 2019 une meringue qui interpelle les esprits : KÈKAL.

Le texte est une figure rhétorique qui fait apparaitre la tragédie que vit un peuple. Les euphémismes, mots à double sens, métaphores, messages codés, calembours et allusions de toutes sortes en font un texte très dense. C´est une revendication jetée à même la feuille, c´est un coup de cravache dans la fourmilière, un « leve kanpe », un ras-le-bol, un cri lancé à toutes les couches sociales du pays pour qu´elles se réveillent et prennent enfin leur destin en main. C´est un appel lancé à l´État haïtien qui feint d´ignorer les grands titres des journaux et des dirigeants étrangers qui nous traitent de tous les noms, qui fait fi des revendications des démunis et qui ne pensent qu`à se remplir les poches. Kèkal est un avertissement ficelé avec des mots choisis ; allez, réveillez-vous, prenez les rues, manifestez, faites-vous entendre, vous qui manquez de tout, leur dit 45 Soldiers :

Pep la bezwen lajan (poutan l pa pale l pe)
Li bezwen fonksyone, (poutan l pa pale l pe)
li bezwen la sante, (poutan l pa pale l pe)
Leve kanpe se devwa nou, mani¬feste pa ret pe
Pep la bezwen kouran (poutan l pa pale l pe)
Li bzwen dlo trete (poutan l pa pale l pe)
Pep la bezwen manje (poutan l pa pale l pe)
Leve kanpe se devwa nou, mani¬feste pa ret pe

Kèkal de 45 Soldiers est un éditorial qui tourne en ridicule tout un système politico-social et économique dépassé par les enjeux du monde moderne. Le verbe est acerbe et pertinent, l’heure est grave nous disent-ils. Dans un pays où le carnaval joue un rôle subversif, celui d´une vitrine, une sorte de mirage pour cacher les vrais problèmes d´un peuple qui vit dans la crasse et la misère, 45 Soldiers réfute les comportements des gouvernants qui sont passés à côté de leur mission. Personne n´est ménagé, mais d´une façon avisée, ils ne critiquent pas juste pour le faire, ils montrent la route vers la lumière. Ils mettent l´accent sur la vie de cette frange de la population qui trime, ils soulèvent la problématique de cette jeunesse qui à force d´être délaissée et ignorée quitte le pays au prix de toutes les difficultés qui les attendent.

Mal mal mal
Neg yo fè nou mal mal mal
Nou pran kou, nou bouke di,
nou bouke rete jouke nap tann tou
Pa yn lot mantè
Jouk nou pran kanntè

45 Soldiers pousse cette jeunesse, ce pays à se révolter :

« Pouki n pa fon w leve kanpe pou yon sèl,
si n ret gade, peyi n p ap janm ka pouse zèl »

45 Soldiers dénonce tout en amusant, ils sont acquis à une cause, pris par une mission qui importe beaucoup à leurs yeux : ils dénoncent les choses néfastes et nocives auxquelles se livrent le pays et sa jeunesse : la prostitution, l’addiction, la dépravation, l´inflation du dollar, les familles qui n´arrivent pas à joindre les deux bouts, le laxisme de nos dirigeants et « le bay vag » d´un peuple qui vit désespérément lent, résigné et qui se laisse enfoncer dans ce gouffre où on a déjà atteint le fond.

Moun lakay redui diyite yo a 1 plan megabayt
Intènet intènet sou rezo sosyo n entèlèk
N ap kriye n di sa pa bon, olye n leve kanpe n ret priye kay st patwon, ala move nasyon
Dola a monte l pran plas bonè sou tèt palmis la
Nan plas diven yo bann bwè vinèg nan kalis la
Men sa pa priorite n ke byen pase sou enstagram
N pa ka pale moun mal pa gen pi grav ke eta pa n

La situation actuelle du pays les rend contestataires et ils dénoncent la corruption qui gangrène le pays et le constat à leurs yeux est insupportable. Personne ne dit mot et ils se questionnent…

Lafrans gen pwoblèm se tout fransè k kanpe
Peyi l ap mal mache, fò l mande sak pase
Chomaj amerika tout sitizenn choke
Peyi l ap mal mache, fò l mande sa k pase
Men nou menm ki pi mal la, nou kè kal
Peyi n sal, peyi n malad , nou kè kal
Y ap kraze l, y ap piye l san fè pa l
Lòt nasyon imilye n men nou kè kal
Kè kal, kè kal, kè kal
N ap met baka deyò men n ap priye pou fo lidè yo
(Kè kal, kè kal, kè kal)
N ap mare ti vòlè pandan nou kite koriptè yo

Les soldats de 45 rêvent de paix et de bonheur pour ce peuple ki ret kè kal. C’est peut-être pour cela qu´ils n´ont pas voulu se taire. Ils se font la voix des sans-voix, bousculant les idées reçues, caressant des idéaux flétris par le temps, ils dénoncent le mal d´une époque : la lutte pour le pouvoir. Ce peuple doit être conscient que ça sent le roussi, disent-ils ; il doit s´ouvrir lui-même ses propres brèches, chercher des solutions. 45 Soldiers prêche la réconciliation entre les artistes, les politiciens quelque soit son secteur, et les habitants de ces zones dites « rouges » de la capitale qui s´entredéchirent et invitent ces derniers à se donner la main et à vivre ensemble.

La meringue de 45 Soldiers invite le pays à se révolter sans prôner la violence. C´est un chant, une chanson, une musique de révolte, protestataire, engagé ou contestataire associés à une envie immédiate de changement social ou politique.

Kèkal est un cri de jeunes soldats qui ouvrent la voie, qui se mettent au front de la bataille pour faire fuir l´ennemi. Sanon Freedy, Veillard Clerval, Désiral Jony et Prestans Dougé Williamson sont des combattants, un exemple vivant de cette force, cette fierté léguée par ces grands hommes qui ont marqué notre histoire ce jour du 18 novembre 1803, ces héros qui ont mis en lumière cette terre face au monde.

Jean Baptiste François



Articles connexes


Afficher plus [3965]