S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Lesly Pierre-Paul : l’art naïf, liberté et largesse

Lesly Pierre-Paul : l’art naïf, liberté et largesse








« Nou pran lari a » est désormais une des grandes vitrines de l’art contemporain haïtien. Plusieurs artistes en provenance des quartiers populaires et populeux de la capitale ont déjà défilé à cette manifestation organisée sous la férule de la Fondation connaissance et liberté et le support de l’Ambassade de France. Stanley Pierre-Paul, originaire de Port-au-Prince, est de ceux qui ont retenu l’attention. Portrait de l’artiste.

Entre Stanley Pierre-Paul et la peinture, c’est une grande histoire. Il allait avoir 22 ans quand il a fait son entrée dans l’univers des beaux arts. Sa conviction lui a permis de surmonter les obstacles inhérents à la culture de la toile. Il est connu pour être un artiste polyvalent (sculpteur, récupérateur). Par-dessus tout, il reste accroché au chevalet. Et avance à pas sûr dans la lignée des peintres naïfs. Si l’art naïf prend ses distances par rapport aux écoles qui ont mis l’accent sur les dimensions et l’intensité des couleurs et des nuances, il n’en demeure pas moins que Stanley voit dans son travail caractérisé par la culture du grand refus des normes, une façon de mieux signifier sa liberté.

Sur son chevalet, c’est tout un univers rocambolesque qui prend corps : Bawon Samdi, Legba, Agwe, la Mère nature, le grand conflit cosmique opposant Dieu et Satan... Un ensemble divers de sujets tirés du panthéon haïtien et de celui du monde entier. En tant qu’artiste, il est à mille lieux de la perspective occidentale. Il invite avec tant de largesse et de rébellion à une autre considération de la représentation figurative.

En présence de ses tableaux, on se sent happé par un souffle nouveau, une sorte d’ambiance qui redimensionne ou réagence les frontières de la peinture naïve : l’aspect conteur au sens « thilmanien » (Robert Thilmany) qui s’accroche à la représentation de la vie champêtre sans oublier la perspective mentale qui est l’inadéquation géométrique par rapport à la nature.

« ... le temps n’est rien, que la mort même est une illusion et qu’au-delà de la misère, de la souffrance et de la peur [...] pour qui sait voir, respirer et entendre, un paradis quotidien, un âge d’or avec ses fruits, ses parfums, ses musiques ».

Les propos d’André Malraux sur la peinture naïve des Haïtiens ne vont pas à l’encontre de la perception de plus d’un ayant eu la chance de se laisser bercer par la charge émotionnelle que distille cette forme artistique. On a l’impression que Stanley Pierre-Paul, tout comme les autres peintres de sa génération, n’échappe pas à cette considération.

« Être un peintre naïf, c’est vivre en toute liberté, mieux voyager à travers l’imaginaire collectif », dixit le peintre initié par Guerly Laurent, ayant déjà soumis ses travaux à l’appréciation des administrateurs de tous horizons à l’occasion de différentes expositions tant en Haïti qu’à l’étranger dont :

1) UK (Chrom-Art trible 16) 12 octobre 2017 jusqu’à 15 octobre 2017 ;
2) Argentine (Universo art kids) 21 octobre 2017 ;
3) France Claire Corcia Galerie (Haitian outsider) 18 janvier jusqu’à 24 février 2017 ;
4) France Claire Corcia Galerie (Haitian outsider) 21 octobre jusqu’à 4 novembre 2016 ;
5) USA (Gallery This is it) 19 octobre 2018;
6) USA (Gallery This Is It) 20 juillet 2018;
7) USA (Gallery This Is It) 2 juin jusqu’à 16 juin 2017 ;
8) USA (Gallery This Is It) 3 mars jusqu’au 10 mars 2017 ;
9) USA (Gallery This Is It) 10 novembre jusqu’à 31 décembre 2016 ;
10) Haïti (New Vision collective exposition à l’université IERAH) 23 août 2016 ;
11) Haïti (New Vision POP up show) 23 décembre 2016.

Aujourd’hui, Stanley est un artiste de grand talent, accompli. Et sa singularité, jumelée à sa façon de garder la sérénité du ton, confirme bien sa place parmi les plus prometteurs de sa génération.

Lord Edwin BYRON



Articles connexes


Afficher plus [3715]