S'identifier Contact Avis
 
25.11° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Les 8 ans de « Tanbou literè » à la Direction nationale du livre (DNL)

Les 8 ans de « Tanbou literè » à la Direction nationale du livre (DNL)








L’Association culturelle « Tanbou literè » a soufflé sa huitième bougie, le mercredi 10 avril 2019, à la Direction nationale du livre (DNL), au cours d’une conférence-débat animée par l’académicien Pierre Michel Chéry, suivie d’animations culturelles d’une pléiade de jeunes artistes.

Le coup d’envoi de la célébration a eu lieu avec les propos de bienvenue de l’actuel président de l’association, le jeune écrivain Douglas Zamor qui a passé le témoin à l’académicien, Pierre Michel Chéry. Il s’est entretenu avec le public pendant une trentaine de minutes environ autour du thème : « Reyalite, batay lang kreyòl ».

D’entrée jeu, le linguiste a posé le problème économique de la langue qui, selon lui, doit passer par une valorisation et une augmentation de nos différents produits en vue de réduire le déséquilibre flagrant dans la balance commerciale d’Haïti qui est négative à cause du flux de nos importations qui excèdent largement nos exportations. Fort de ce constat, il invite les hommes d’affaires à valoriser les techniciens qui, selon lui, peuvent permettre à l’économie de connaître une croissance assez significative. D’autre part, le technicien en informatique appelle l’État central à prendre des décisions politiques pour une meilleure utilisation du créole dans le système éducatif, ce qui diminuera le taux d’échec des bacheliers. Le passionné de la langue créole croit que la langue enseignée dans le système scolaire contribue dans l’échec de bon nombre d’écoliers.

Par cette célébration, les dirigeants de l’association ont rendu un vibrant hommage à plusieurs écrivains qui produisent des oeuvres essentiellement en créole. Parmi ces auteurs, Georges Castera Fils qui est l’un des écrivains qui présentent plus de livres poésie en créole. L’ancien président de l’Akademi kreyòl Ayisyen (AKA), Pasteur Pauris Jean-Baptiste, l’un des fervents défenseurs de la langue maternelle, a été également honoré pour ses nombreux écrits dans la langue vernaculaire. Manno Eugène qui, selon l’actuel président de Tanbou literè, est parmi ceux qui ont choisi uniquement d’écrire en créole, le conférencier du jour, Pierre Michel Chéry était du nombre, car il est l’un des écrivains qui écrivent ces romans uniquement en créole.

Au cours d’une entrevue accordée au journal, le président de Tanbou literè s’est dit satisfait de la contribution de l’association au développement de la communauté artistique et culturelle.

Tanbou Literè a produit pas mal de jeunes écrivains qui font le bonheur de la littérature haïtienne, il a cité en exemple Iléus Papillon qui utilise la poésie pour dénoncer certains maux de notre société. L’association a grandement contribué dans les productions du diseur, comme : « 7 Priyè lari », « chimen dekoupe », un album de 29 textes du sociologue qui se passe de présentation, d’après l’auteur de : « Balendjo revolisyon men goch ».

Douglas Zamor a fait référence à l’un des pionniers et membres fondateurs de l’association « Anivince Jean-Baptiste » qui a emmené « Tanbou literè » sous les fronts baptismaux, des écrivains comme Marc Exavier, Christophe Philippe Charles, Docteur Ernst Minvil, Dede Dorcely sont les membres fondateurs de cette association qui a su initier beaucoup d’activités culturelles au profit des jeunes, comme le club de théâtre de l’association, sans oublier le club littéraire de l’association « Club Felix Morisseau Leroy.

Plusieurs artistes et poètes, comme Samuel Clermont, plus connu sous le nom de Diamant noir, auteur du recueil de poèmes « Vavari », et Herby François ont su assaisonner le plat d’anniversaire à leur manière avec leurs ingrédients.

Eguens Renéus



Articles connexes


Afficher plus [3780]