S'identifier Contact Avis
 
27.78° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Sallie P. Leny, une artiste qui confirme son identité sur la scène musicale

Sallie P. Leny, une artiste qui confirme son identité sur la scène musicale








Un an après « Bri Pye w », Sallie P. Leny sort son single indépendant « Kiyès ». L’artiste est en quelque sorte polyvalente (chant, théâtre, compositrice interprète...) Le piano a été le premier instrument avec lequel elle a eu le contact. Entretien avec cette artiste née à la Grand-Rivière-du-Nord (Haïti) qui réside actuellement au Canada.

Le National : Vous avez été attirée par la chansonnette française puis la musique de chez nous et le bossa nova. Avez-vous étudié le chant?

Sallie Leny : Au début, il s’agissait d’une passion. Je chantais par amour pour la chanson et par l’encouragement de mes proches (famille et amis-es). Mais, depuis ma rencontre avec Wooly Saint Louis Jean, j’avais compris qu’il me fallait plus. C’était lui mon premier tuteur, je peux dire. Puis, à Montréal, j’ai travaillé avec Johanne St Hilaire dans un temps comme coach vocal.

L. N. : Y a-t-il des chanteurs qui ont influencé votre manière d’écrire des chansons et de chanter?

S. L. : Plusieurs chanteurs et chanteuses ont influencé ma musique. D’abord, dans la musique haïtienne, Emeline Michel marque mon début en chanson. À force de m’orienter, je vais m’intéresser à des classiques brésiliens pour la bossa nova et le jazz, donc j’ai écouté Antonio Carlos Jobim, Gilberto, Stacy Kent ; plus proche de mon temps, j’écoute Diana Krall, Adele, Alicia, Gloria Estefan, Sade, etc. Je puise un peu partout.

L. N. : Qu’est-ce la musique représente pour vous?

S. L. : Musique pour moi c’est une des formes d’expression artistique parmi les plus universelles. Peu importe ce que tu joues ou que tu chantes, tu as la possibilité d’aller chercher des gens. J’utilise la musique moi-même en tant que consommatrice pour me décompresser, me relaxer. Et en tant que chanteuse, je réapproprie cet art pour m’exprimer.

L. N. : Parlez-nous des débuts de votre carrière musicale?

S. L. : « Bri pyé-w », un texte écrit en 2013 dont la chanson étant sortie en 2017.

L. N. : Après quelques spectacles, vous revenez au-devant de la scène avec « Kiyès », un single indépendant. Quel message souhaitez-vous faire passer à travers cette chanson ?

S. L. : Le texte peut être interprété comme un désir de se retrouver, de trouver sa route. Un questionnement aussi sur la vie, sur ce qui se passe autour. D’un autre côté, cette lumière incessante peut être la vie, l’espoir où cette jeunesse qui ne meurt pas. Le cycle de la jeunesse qui donne espoir en demain...

Le National : Quels sont vos projets immédiats et à long terme?

Sallie Leny : Kiyès, paru un an après Bri Pye w est un projet pour assurer ma place dans la musique haïtienne et la musique du monde. Il ne s’agit pas d’une naïveté de produire deux chansons créoles en visant le monde. Je projette mon identité en tant que chanteuse haïtienne d’abord et avant tout. Je travaille sur d’autres projets. Il y a plusieurs personnes assez intéressantes qui souhaitent m’accompagner dans ce parcours toutefois l’équipe de Sallie n’a pas encore un manager officiel. On travaille là-dessus.

Propos recueillis par
Garens Jean-Louis



Articles connexes


Afficher plus [3878]