S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Tamara Suffren vidéoclippe « Kite m di w », la 4e chanson de son album « Impulsion »

Tamara Suffren vidéoclippe « Kite m di w », la 4e chanson de son album « Impulsion »








La chanteuse Tamara Suffren, bien dans son registre de chansons à texte, a présenté, mardi 4 juin, le deuxième clip sur son deuxième album de dix titres, intitulé « Impulsion », au cours d’une conférence de presse au local de « Presse Café » à Pétion-Ville.

Après la sortie de « Gadon peyi », deuxième chanson gravée sur l’album, qui a servi de test pressing avant la sortie de l’album, présenté et signé, lors d’un concert vente-signature, à Le Vilatte, le 13 septembre 2018, « Kite m di w », cette chanson sentimentale de 4 min 7 s que l’artiste utilise pour raconter ses sentiments amoureux, a été choisie pour être vidéoclippée. Enregistrée sur air mi-tempo, le tambour est très présent. D’ailleurs, c’est le même cas de figure sur la majorité des chansons de l’album.

Réalisée par son petit frère Samuel Suffren, réalisateur, photographe et graphiste, qui collabore avec plusieurs festivals tels : Quatre chemins, Nègès Mawon, En lisant pour ne citer que ceux-là, le clip nous plonge dans la réalité haïtienne avec des séances de « batay kòk gagè ». Cette image est utilisée, selon le réalisateur qui participait à la conférence de presse, pour prouver la force et la profondeur des sentiments du petit copain de Tamara qui peut en découdre avec l’autre qui tente de lui enlever sa dulcinée. « Li ka tounen yon kòk gagè, ki ap mache bat moun pou pwoteje lanmou sa », a-t-il laissé entendre. Les saveurs locales sont visibles, elles sont présentées d’une manière originale, l’artiste contemple le crépuscule qui est une des merveilles de la nature haïtienne, à côté d’elle une chaise en paille, communément appelée « ti chèz ba ».

Le réalisateur et la chanteuse ont opté pour la sobriété, contrairement aux autres clips où l’on utilise les voitures de grandes marques, dans celui-ci, un taxi, qu’on pourrait appeler « Bogota », est utilisé. La nature et les richesses de nos plages ont été mises en valeur également, puisqu’une très bonne partie de la vidéo a été tournée sur les côtes de « Ti mouillage » à Jacmel et l’autre partie à Canaan que l’on considère comme un très grand bidonville dans la commune de Croix-des-bouquets, sur la route Nationale # 1.

Tamara Suffren a profité des micros et des caméras de la presse pour parler de l’album en long et en large dont le coût approximatif frôle les dix mille dollars américains. L’opus produit par le talentueux bassiste, initiateur de « Voix et basse », a eu la participation de plusieurs musiciens haïtiens dont : Josué Alexis, Marc Paul Sene pour le piano, Daniel Regis qui vit présentement en République dominicaine et Gilfood Voltaire comme guitaristes et les tambourineurs Jackson Saintil, Marc Harold Pierre, Wesner Saint Louis. Le Martiniquais Daniel Dantin et Emmanuel Jean-Baptiste ont prêté leurs services à la batterie. Un autre martiniquais est présent sur l’album, il s’agit de Rico Sax. L’opus sera en signature à la 25e édition de Livres en folie où l’interprète de « Gadon peyi » donne rendez-vous à ses fans pour un spectacle comme celui qu’elle a offert à Yanvalou récemment, mais avec une saveur plus épicée.

Dans l’intervalle, après la sortie de l’album qui est dédié aux icônes : Boulo Valcourt et Manno Charlemagne, décédés respectivement le 17 novembre 2017 et le 10 décembre 2017, des tournées nationales et internationales sont en cours de préparation, particulièrement des prestations, suivies d’ateliers de chants, qui seront animés par l’artiste, sont envisagées dans les Alliances françaises éparpillées un peu partout dans le pays.

Eguens Renéus



Articles connexes


Afficher plus [4019]