S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le MCC condamne l’assassinat de Pétion Rospide et salue le courage de la presse

Le MCC condamne l’assassinat de Pétion Rospide et salue le courage de la presse








Dans une note de protestation, parue le mardi 11 juin, quelques heures après l’assassinat par balle du journaliste Pétion Rospide, présentateur de l’émission « Ti bat bouch » sur les antennes de la station Radio Sans Fin, émettant sur les fréquences : 92.3 et 97.5, le ministère de la Culture et de la Communication (MCC) condamne fermement cet acte survenu lundi soir, non loin de Portail Léogâne, où le journaliste s’apprêtait à regagner son domicile après avoir animé son émission entre 18 h et 20 h dans la station.

Dans cette note qui porte la signature du titulaire Jean Michel Lapin, le MCC condamne fermement cet acte barbare perpétré, dans la soirée du lundi 10 juin 2019, contre le journaliste Pétion Rospide. L’organisme d’État demande aux autorités en charge des enquêtes scientifiques au sein de la Police nationale d’Haïti (PNH) de travailler de manière diligente à faire la lumière sur ce nouveau cas de trop. Sinon, il s’avère urgent que la PNH, et toutes les instances en charge de la sécurité politique dans notre pays, s’active, une fois pour toutes, à exploiter cette conjoncture extrêmement angoissante pour nos familles afin de rétablir la sécurité partout sur l’ensemble du territoire.

D’un autre côté, le ministère dit constater avec amertume que depuis quelque temps, il existe une remontée vertigineuse de la violence dans le pays, comme si, affirme la note, un individu ou un groupe s’amusait à presser sur un bouton pour que règnent la mort et les cadavres de toutes sortes et de toutes les classes sociales.

Ainsi, lit-on dans la note que le pays pleure quotidiennement et il est inacceptable que la mort soit notre seul espoir ou notre seul gain et que les assassins soient les seuls maitres à bord d’un navire qui a déjà visiblement perdu tous les repères. Il faut donc se ressaisir. Les institutions, affirme la note, doivent absolument se ressaisir. L’État doit se ressaisir sans parti pris idéologique ou intellectuel. Le climat politique a besoin, lui aussi, de sérénité pour que l’ordre et la paix reviennent. Le journaliste Pétion Rospide ne doit pas mourir pour rien. Sa mort doit nous interpeller, elle doit en appeler à notre conscience pour que le sang cesse de couler. Autant il est inacceptable de continuer à enregistrer des cadavres par-ci par-là dans les rues et parfois aussi des cadavres professionnels qui ne demanderaient qu’à servir leur pays. Autant, poursuit la note, qu’il faut dénoncer sévèrement, par ailleurs, les attaques répétées contre des professionnels de la presse, nationale ou internationale. Toute la corporation journalistique sans exception, qu’il soit du Nouvelliste, de Télé Ginen, de la Télévision nationale d’Haïti, qu’il soit des journalistes indépendants ou d’autres attachés à des médias moins connus dans notre milieu, mérite d’être protégée pour que la liberté de la presse continue de fleurir.

La note du MCC conclut en rappelant que lorsque les valeurs, en général, dans une société, comme la nôtre, tendent à s’effriter, ce qui nous reste comme dernier recours, c’est la liberté individuelle dotée du sens des responsabilités, c’est la liberté de parole, c’est la liberté d’expression et c’est enfin la liberté de la presse.

En dernier lieu, l’organisme d’État prie les parents, les amis(es), toute l’équipe du RSF (Radio Sans Fin) et les proches du journaliste Pétion Rospide de recevoir ses sympathies.

Rappelons que le 7 juin dernier ramenait la journée latino-américaine de la Presse. Cette journée n’a pas fait grand écho par rapport à la conjoncture politique qui s’est installée dans le pays.

Eguens Renéus



Articles connexes


Afficher plus [4025]