S'identifier Contact Avis
 
23.31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Prix RFI théâtre 2019, deux auteurs haïtiens parmi les présélectionnés

Prix RFI théâtre 2019, deux auteurs haïtiens parmi les présélectionnés








Suite à l’appel à candidatures lancé en mars 2019, le jury de la sixième édition du Prix RFI théâtre 2019 a dévoilé la liste des treize textes inédits qui ont été présélectionnés sur un total de deux cent un participants issus de vingt pays. Pour cette année, deux Haïtiens figurent sur la liste. Il s’agit de Jean D’Amérique et de Ducarmel Alcius.

Cathédrale des cochons de Jean D’Amérique et Des fous en apothicaires étales de Ducarmel Alcius ont été présélectionnés par le jury du prix RFI théâtre 2019. La cérémonie de remise des prix se tiendra à Limoges, le 29 septembre 2019, dans le cadre des : francophonies des écritures à la scène. Selon le comité de lecture, un bon nombre de pièces mettent en scène de nombreux personnages pour faire vivre toute une communauté qu’elle soit villageoise ou urbaine. Les lieux récurrents sont des « no man’s land » et les routes de l’exil. La rue avec son petit people et ses règles. Parfois, la maison familiale, la place du village ou le palais d’un dictateur sont le théâtre de quelque farce grotesque ou de quelque tragi-comédie ubuesque.

Dans Des fous en apothicaires étales, Ducarmel Alcius place le récit sur une place à côté d’un cimetière. Trois fous vêtus de blouses de médecin et trois folles avec des poupées dans les bras. Nuit. Il y a aussi Marx, Mona Lissa et une faiseuse de rêves. Se racontent misère, viols, meurtres. Marx nomme le premier fou venu chef d’État. Et, pourquoi les chiens aboient-ils dans ce lieu improbable où l’on tue bêtes et jeunes rebelles. Un tohu-bohu macabre où règnent dérision et humour.

Tandis que dans Cathédrale des cochons, Jean D’Amérique met en scène un homme enfermé dans une cellule depuis six mois. Dehors la révolte gronde. Il entretient une correspondance avec son « aimée », un long et beau poème puissant, de la parole contre violence et répression. « Je fais travailler ma voix comme on fait travailler les gâchettes dans cette contrée ».

Parmi les autres textes présélectionnés, il y a La poubelle Arsene de Angelbert Abdio, et tous à l’abri de Kouame Appia de deux auteurs de la Cote d’Ivoire. Le précieux présent de la petite reine de Cyril Juvenil Assomo et Vole petit avion vole de Denis Sufo Tagne du Cameroun, Interdiction formelle de Vhan Olsen Dombo de Congo Brazzaville et L’enclos de Kokouvi Dzifa Galley du Togo, etc.

Engagés sur le front politique et artistique, ces autrices et auteurs trouvent un langage différent, une écriture particulière pour affirmer l’identité de leur communauté, pour créer une nouvelle force et forme littéraire. Ce qui ne les empêche pas d’être universels et de poser au-delà des enjeux sociaux des questions qui agitent toute la planète et nous concernent tous. « Écoutons la voix des lanceurs d’alerte », a conclu le comité de lecture.

Schultz Laurent Junior



Articles connexes


Afficher plus [4081]