S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Anderson Dovilas, poète enchanteur

Anderson Dovilas, poète enchanteur








Le propre de la poésie comme le suggère Alain (Émile Chartrier), in Propos de littérature, Éd. Gonthier, Médiations, est que les mots éclairent selon leur place. Une proposition plutôt sacramentelle pour les poètes. La poésie chez Anderson Dovilas, poète, diseur est avant toute chose beauté. Elle combine les sonorités, les rythmes, les mots de langue pour évoquer des images; elle suggère des sensations et des émotions.

Né à Port-au-Prince (Haïti), Anderson Dovilas a publié en France, au Canada, et aux États-Unis. Il est poète, auteur dramatique, comédien, linguiste et a fait des études en psychologie à l'UEH. L'auteur a déjà publié une dizaine d'ouvrages, deux albums sonores et diverses contributions dans des recueils collectifs à travers le monde. « Maniant un langage poétique fait de ruptures de plans, d’images disparates, de glissades ludiques, de trouvailles provocatrices, le poète jongle en fait au-dessus d’un abime bouillonnant de lave : c’est le sang de son peuple, qui s’élève soudainement au détour des vers, comme une lame de fond, rasante et bouleversante, projetée par un océan en feu. Son programme littéraire est étroitement lié à un projet de société », écrit Dana Shishmanian au sujet de l'auteur.

Depuis Pwèl nan zo en 2009 jusqu'à Paradise place en 2017, la poésie d'Anderson Dovilas est un délice au-delà de la langue d'écriture utilisée. On vous invite à découvrir l'auteur à travers quelques extraits:

« Kè m jouke
Sou yon branch vid
Pagen lannuit
Pou debranche l
Cheri m renmen w
San silab
Na va fleri
Sou menm poto »
Pwèl nan zo (2009) Éd Lagomatik.

Dans le poème Lorèn l'auteur enchaîne:

« Lorèn gon emisyon
Nan pwent tete l
Pòs radyo a nan menm
Lè map fikse l
M’ branche l sou bouch mwen
San repòtaj
Pou zanmim kap koute m
Nan powèm sa a
Pa mande m ki frekans
Mwen se sèl oditè. »
Liminasyon (2011) Éd. Lafont


Dans le recueil Laviwonn (2012) éd. perles des Antilles, l'auteur propose une leçon d'histoire assez intéressante

« Nou abitye fè mèvèy
Savana se youn tou
Se depi nan Ginen
San n ap koule
Pou betonnen aywe
Gwo puisans »

Ou encore dans twoubadou avec une histoire d'amour sensationnelle:

« Twoubadou

Ou te bliye di m
Renmen g’on fenèt
Twouble sou lorizon
Nan lanmou gen sote jou
Se pa tout pawòl
Ki fonn nan fè nwa »
Bese triye (2015) Éd Ruptures.

Ou dans ses poèmes écrits en français comme de l'autre côté de la mer qui est un cri élevé contre la bêtise humaine. Il écrit:

« Tu es venue au monde
À l’ère truquée
Il ne reste aucun mystère
Sous la montée des vagues
L’arme qui tue
Sera condamnée par défaut d’être métal
Et le meurtrier déguisé
En franc-tireur
Nous vivons des marges obscènes
En décadence apocalyptique
Des regrets pour la moisson du jour
Nous sommes au temps des cicatrices
Et la nuit a déjà fait sa preuve
Dans nos deuils
Gaza de Port-au-Prince
Gaza de Lybie
Gaza de partout
Les chars ont brûlé les arbres
Jusqu'à retarder l’aube »
Mémoire d'autre-monde. Éd L'Harmattan (2014)

Il est clair, Anderson Dovilas est poète racé. Et c'est la moindre des choses qu'il ait été récompensé, à maintes reprises, par des prix et distinctions littéraires en Haïti et à l'étranger.

Anderson Dovilas sera en tournée en Haïti au mois d'octobre prochain et est l'un des invités de la première édition du Festival entènasyonal literati Kreyòl. Une bonne occasion de le découvrir ou redécouvrir. Ce ne sera jamais de trop.

Lesly SUCCÈS



Articles connexes


Afficher plus [4023]