S'identifier Contact Avis
 
23.12° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Lancement de la première édition de Transe poétique, le premier festival international de la poésie en Haïti

Lancement de la première édition de Transe poétique, le premier festival international de la poésie en Haïti








C’est autour du thème ; « La poésie sauvera le monde » que va se dérouler du 18 au 21 septembre 2019, la première édition de Transe poétique, le premier festival international de la poésie en Haïti organise par l’association Loque urbaine. Les responsables, les partenaires, les poètes invités et l’invité d’honneur de cette première édition Jean Pierre Siméon s’étaient retrouvés à Prince Hôtel en haut de Turgeau dans la matinée du 18 septembre 2019 pour lancer cette activité qui vise à mettre en lumière et en dialogue des formes artistiques contemporaines notamment sur le terrain de la poésie.

Après avoir lu deux textes, dont l’un de René Depestre, prix Renaudot 1988 pour Hadrianna dans tous mes rêves, le poète Jean d’Amérique a lancé officiellement la première édition de Transe poétique le premier festival international sur la poésie en Haïti. « Nous vivons ici, un moment historique. Il y a une grande tradition de poésie en Haïti, mais il n’y a jamais un festival international de poésie contemporaine. J’ai voulu rassembler des gens aussi fous que moi pour faire ce festival. En dépit d’un climat social politique tendu que connait actuellement le pays je pense que le festival Transe poétique a toute sa place en ces heures sombres » a dit d’entrée de jeu Jean d’Amérique auteur du recueil de poèmes : « Nul chemin dans la peau que saignante étreinte ». Pour le poète Transe poétique veut non seulement rassembler les poètes, mais aussi raconter la poésie à travers diverses formes artistiques comme la musique et le cinéma. « J’espère que cet évènement va continuer à tenir tête contre le temps, contre le chaos . Car la poésie sauvera le monde », a-t-il fait remarquer.

Pour les partenaires, la Fondation Connaissance et Liberté (Fokal) et l’Institut français en Haïti représentés respectivement par Élisabeth Pierre Louis et Dominique Sibilia, ce festival a sa place dans le paysage littéraire haïtien. Elles ont reconnu à tour de rôle que malgré les temps difficiles il faut continuer à faire de la poésie tout en exprimant leur bonheur de faire partie de cette aventure. Mackenzy Orcel a fait un survol historique de la poésie en Haïti. Selon l’auteur de Maitre Minuit, Haïti a toujours été une terre de poètes. « De Coriolan Ardouin a Jean d’Amérique, la poésie prouve qu’elle était toujours là, dans ce qu’on a été, dans ce qu’on est et dans ce qu’on sera. De Ardouin à cette génération la poésie en Haïti n’a jamais arrêté de progresser. Ce festival est vraiment important il nous donne l’occasion de nous réunir autour de la poésie ».

Le poète Jean Pierre Siméon, l’invité d’honneur de cette première édition, pense que la poésie sauvera le monde thème retenu pour l’organisation du festival est avant tout une formule. Laquelle est une provocation capable de susciter des réactions. « Certains pensent que la poésie est quelque chose de joli, de gentille qui n’a rien à voir avec la vraie réalité sociale ou humaine de chacun. En fait, je veux dire que non il n’y a pas de plus important que la poésie. Nous avons tous en nous une part poétique. Nous sommes tous poètes. Et souvent, la part de la poésie est cachée, refoulée, abimée. Elle est cachée par toutes les préoccupations du quotidien. Ce qui nous fait vivre c’est l’élan poétique qui est en nous. L’idée c’est d’aller justement à contre-courant de dire ce qui sauve chacun, ce qui sauvera l’humanité sans doute c’est de donner la place à ce que représente la poésie c'est-à-dire la liberté, le désir de vivre, etc.

Lisette Lombé, l’un des poètes invités, a lu avec le ton d’un slameur un poème figuré dans le recueil collectif : « On ne s’excuse de rien », tandis que Milady Renoir s’est magnifiquement illustrée dans un texte titré : « Intérim ».

À cause de la conjoncture socio politique, le programme de la première édition de Transe poétique sera communiqué au jour le jour. Master class avec les poètes invités, lecture d’œuvres poétiques, projection de films figurent dans le chronogramme des activités. Medhi Étienne Charlmers, Mackenzy Orcel, Gaëlle Bien-Aimé, Antoine Boute, Dominique Gillerot, Zuma Jasmine Lavertu, Lisette Lombé, Coutchève Lavoie Aupont, Milady Renoir etc. participeront à Transe poétique qui évoque la poésie par le biais de différentes disciplines artistiques (photographie, cinéma, graphisme, performance, théâtre, musique) etc., toutefois il faut souligner qu’il y a beaucoup de poètes haïtiens qui ne sont pas retenus par le comité organisateur

Schultz Laurent Junior



Articles connexes


Afficher plus [4090]