S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les écrivains Kettly Mars et Francketienne en partage au Jaden Sanba

Les écrivains Kettly Mars et Francketienne en partage au Jaden Sanba



Malgré la crise politique qui bouleverse de fond en comble la société haïtienne, quelque part la littérature continue de résister et de convoquer des lecteurs. C3 éditions et Jaden Sanba ont organisé les 19 et 20 octobre 2019 à Turgeau deux rencontres avec deux figures de proue des lettres haïtiennes contemporaines : Kettly Mars et Francketienne. Quelques amants de la lecture étaient là pour magnifier le livre. Avec la complicité des deux auteurs et C3 éditions, vente et dédicace de livres étaient au rendez-vous.


L'ambiance était malgré tout détendue par ces temps tristes et moroses. Dans la mesure de leurs possibilités, certains participants vivant au rythme de la littérature sirotaient la bière au son des musiques contestataires de Manno Charlemagne ou d'autres chanteurs engagés. Dans les volutes de cigares que certains rallumaient sans cesse, Ils semblaient qu'ils prenaient un certain recul du climat politique asphyxiant qui nous étouffe au jour le jour. Le philosophe Ralph Jean Baptiste le poète Medhi Étienne Charlmers. Le chanteur engagé Kebert Bastien, les jeunes autrices Adline Bonhomme et Mélissa Benalus le conteur Chelson, Ermoza et d'autres personnalités étaient présents pour écouter séparément Kettly Mars poétesse, nouvelliste et romancière et l'écrivain spiraliste Francketienne.

Lors de son intervention, Kettly Mars, présidente du Centre Pen, a parlé de son rapport avec l'écriture et mis en exergue la spécificité de son oeuvre littéraire « La nouvelle est pour moi l'un des genres littéraires en prose de prédilection. Je l'affectionne tout particulièrement c'est un genre littéraire difficile à travers lequel dans un court laps de temps, il faut retenir l'attention du lecteur au moyen d’une histoire intense, intéressante et intelligente. Dans le recueil de nouvelles Et tant pis pour la mort, l'une des meilleures vertes de C3 Éditions, me permet d'affirmer que j'ai une meilleure maitrise pour ce genre. J'ai abordé dans cette oeuvre des thèmes assez audacieux comme l'homosexualité, la migration, les problèmes de couleur qui agitent la société haïtienne contemporaine ». Plus loin, elle a souligné qu'elle a utilisé une écriture résolument simple pour exprimer ses ressentis et sa vision du monde. Elle a par ailleurs félicité les organisateurs de cette rencontre qui lui a permis de signer ses livres dans un contexte difficile. « La situation sociopolitique actuelle est intenable. Heureusement que nous savons tous que la culture est une force de résistance permettant de faire face aux difficultés de la vie. »

Francketienne, de son côté, a confié à l'assistance, en cette fin d'après-midi du 20 octobre 2019, que le crépuscule s'est déjà emparé de ses vieux jours. « Je suis âgé de quatre-vingt-trois ans et six mois et j'ai compris que le vécu d'un créateur a beaucoup plus d'importance sur son œuvre ». « A laj mwen, mwen fin n viv. Mwen fin viv sa yo rele alegori, istwa, resi,avanti nan vi sa a ». « Il ne faut jamais avoir peur de la mort. C'est un événement incontournable », a-t-il expliqué. Cependant, Francketienne détendu et souriant s'est réjoui de sa participation à cette rencontre sachant que son oeuvre et ses différentes interventions ici et à l'étranger puissent se perpétuer et survivre non seulement aujourd'hui, mais également dans la postérité. Alors qu'une odeur d'encens le parfumait, Francketienne est revenu sur les circonstances de sa naissance. Né à Ravine sèche, un petit village du département de l'Artibonite d'un richissime Américain et d'une mère paysanne, l'auteur de Dezafi a découvert la culture populaire haïtienne à Bel Air où il a grandi. Il a confié à son auditoire qu’il est important de lui poser des questions sur sa vie au lieu de lire les soixante ouvrages qu'il a écrits. « La vie ne s'en va jamais. Je crois en l'énergie universelle (...) Ma vie est un chaos. J'utilise la spirale comme structure absolue pour écrire mes livres », a fait savoir Francketienne qui recherche dans sa vie personnelle la paix, la symbiose et l'harmonie.

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4172]