S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Port-au-Prince vient d'accueillir, du 27 au 31 octobre, la troisième édition des Rencontres des cultures créoles

Port-au-Prince vient d'accueillir, du 27 au 31 octobre, la troisième édition des Rencontres des cultures créoles



Le contexte assez particulier n'a pas découragé les organisateurs de cette activité qui ont eu l'ingéniosité nécessaire pour la rendre possible. Dans un contexte de crise politique, sociale et économique qui frise l'humanitaire, la culture créole a eu sa place et le monde créolophone était au rendez-vous. Des pays comme la Martinique, la Guadeloupe, l'île de la Réunion et même des artistes venus du Québec étaient présents.


Les Rencontres des cultures créoles deviennent un événement international, à nul autre pareil, qui produit du sens. Car, elles s'inscrivent d'une part dans une spatialité, d'autre part, dans une temporalité qui marque son passage, parce qu'il existe la période avant les rencontres et celle d'après où des communautés reviennent non à la normale, mais plutôt convaincues qu'elles ont une appartenance collective à la culture créole.

Dans l'espace de cette expérience où certains affects se sont développés envers des pays de la Caraïbe, mais aussi envers la relation que nous entretenons à notre culture qui n'est plus seulement une réappropriation des cultures coloniales dans les nôtres, c'est à dire, notre origine africaine, mais qui est plutôt une culture qui s'est enrichie à travers les différentes expériences du monde caraïbéen pour devenir un et multiple grâce à chacune de nos spécificités.

Ce qui permet, une certaine dynamicité des cultures créoles qui ne sont plus cantonnées dans un rapport à une religion originelle, source de résistance, de délivrance par rapport au monde capitaliste, ou encore à une promotion d'une langue du terroir qui paradoxalement trouve un soupçon de dignité que dans les activités officielles (haut lieu de théâtralisation où le pouvoir met en scène des sketches qui entendent charrier les passions du peuple et qui s'arrête au-delà des discours qui prétendent embrasser un certain folklore national et qui deviennent folklorique eux-mêmes), comme c'est le cas des activités liées au 1er mai et habituellement au 28 octobre ( cas d'Haïti ).

Cette manifestation culturelle, que sont les rencontres des cultures créoles, va au-delà de toute hypocrisie et se veut, tout au moins, être les prémisses de la construction d'une aire culturelle avec de véritables pays amis comme promoteur de la culture créole.

Ce vœu, est sans doute celui des organisateurs en l'occurrence l'association Vagues littéraires, mais il incombe, selon nous aux intellectuels et aux opérateurs culturels de poser les bases d'une réflexion décoloniale à la fois sur les enjeux et opportunités des rencontres des cultures créoles.

Autres que l'effet spectatorial de cette rencontre, avec des artistes qui ont su faire réagir le public, cette année, les stratégies publicitaires étaient au rendez-vous et ont permis de construire l'événement qui n'attend que de se reproduire l'an prochain. D'ici là, nous espérons qu'une réelle promotion des cultures créoles sera la stratégie des médias pour arrêter de nous confiner dans un rapport événementiel à la culture.

Comme c'était le cas hier, pour la clôture à Jaden samba des Rencontres des cultures créoles, comme ce sera le cas pour la fête des Morts et pour chaque journée commémorative.

Arrêtons de nous enfermer dans un passé très dépassé et regardons l'avenir.

Mike Kervin JOSEPH




Articles connexes


Afficher plus [4172]