S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Sarodj Bertin se lance dans la musique

Sarodj Bertin se lance dans la musique



Avocate, actrice, mannequin, philanthrope et maintenant chanteuse, Saroj Bertin n’arrête pas de nous étonner. Fille de la défunte Mireillle Durocher Bertin, avocate militante politique, elle vient de lancer sa carrière musicale avec la ferme intention de s’imposer dans le milieu.


En collaboration avec le jeune chanteur dominicain Mozart Lapara, Sarodj Bertin se lance dans le rap et déjà elle fait bonne figure dans les hits parade avec sa composition interprétée en espagnol.

« No me dejes sola », dont la traduction en créole c’est : « Pa kite m pou kò m », dont la sortie officielle du clip est prévue pour le 19 novembre prochain, récolte déjà beaucoup de vues sur les réseaux sociaux.

Sarodj Bertin est née et a grandi en Haïti où elle a passé une enfance heureuse, cultivant son goût pour les arts et la danse. Mais, sa vie bascule lorsqu’à l’âge de neuf ans, sa mère, militante politique, est assassinée. La famille déménage alors en République dominicaine où elle sera scolarisée. Après, elle a fait des études en droit international des affaires, puis une maîtrise en affaires internationales.

En 2010, après le tremblement de terre afin de faire revivre l’espoir de renaitre Haïti, elle a gagné le concours de Miss Univers Haïti et en 2012, le prix de Reine Hispano-américaine.

Mettant à profit sa notoriété, Sarodj décide de monter une fondation « Sarodj for purpose », qui avait pour objectif de construire environ trois milles (3000), maisons pour les victimes et une maison pour héberger les enfants.

En 2012, elle a mis en vente un calendrier « I love Haïti », qui lui a permis de collecter soixante mille dollars (60 000 $) US pour la fondation.

Polyglotte, Sarodj parle couramment l’anglais, l’espagnol, le français et le créole tout en poursuivant des études de langues en Italien et en mandarin. Ses centres d’intérêt sont : la philosophie, la littérature, le théâtre, la danse classique, le sport et la musique.

Walcam





Articles connexes


Afficher plus [4218]