S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Sixto et la langue créole

Sixto et la langue créole



Elle n’arrête pas de nous étonner, depuis qu’elle a décidé de s’établir à Montréal, Québec, Canada. Actrice, productrice et réalisatrice, Fabienne Colas est devenue un personnage incontournable dans la communauté haïtienne de la ville de Jean Drapeau.


L'histoire littéraire haïtienne, d'une génération à l'autre, n’a jamais fait l’économie des problèmes de la langue. Telle langue semble supérieure à l'autre. La raison est simple, la majorité des œuvres des écrivains de la première période de la littérature haïtienne ont été produites en français. Est-ce pour bénéficier d’un plus grand lectorat? Ou encore est-ce l’influence que subit l'ancienne colonie de la France (Haïti) qui l’oblige à produire dans la langue des colonisateurs? Malgré le succès de Choucoune de Oswald Durand et tant d'autres textes d'autres écrivains, ajouté au combat acharné de Félix Maurisseau Leroy pour défendre le créole haïtien, le français est resté la langue de production de la majorité des écrivains haïtiens.

Peut-on parler de la littérature haïtienne d'expression française si les textes les plus connus du corpus littéraire et scientifique haïtien sont écrits dans la langue de Molière ? De l'égalité des races humaines d’Antenor Firmin, Ainsi parla l'oncle de Jean Price Mars, Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain et Compère général soleil de Jacques Stephen Alexis en sont des preuves à conviction.


Malgré la pertinence du fameux roman Dezafi de Frankétienne, il a fallu attendre l'humoriste Maurice Alfredo Sixto, à travers ses récits oraux pour que le créole atteigne son apogée et s’installe comme langue incontournable dans la création en Haïti.

À une époque où il était courant d’interdire même aux élèves de s’exprimer en créole dans les salles de classe et dans les préaux, Sixto a choisi de produire son œuvre dans cette langue dominée et marginalisée. Nous pouvons imaginer le rejet du travail (lodyans) de Sixto, enterré par les intellectuels et banalisé par les structures de reconnaissance et de diffusion. Il était malheureusement convenu que le créole était loin d’avoir toutes les caractéristiques d’une langue littéraire.

Mais depuis la fin du 20e siècle, il appert que Maurice Sixto, avec ses lodyans, a gagné en écoute et en respectabilité. Les Lodyans de Sixto sont tellement incontournables qu’ils sont utilisés pour illustrer des cas de dimension sociale, économique et politique. Ti sentaniz, Mèt Zabèlbòk Berachat, Leya Gokoye, gwo moso, etc., sont sur toutes les lèvres et les personnages, hauts en couleur, traversent le quotidien des Haïtiens. Au-delà d’être le plus grand humoriste haïtien de tous les temps, Sixto n’est-il pas celui qui a porté la langue créole à un niveau jamais atteint auparavant.

Feguerson Thermidtor




Articles connexes


Afficher plus [4218]